L’homme ne serait pas responsable du réchauffement climatique

soleil_02.jpgContrairement au Groupe intergouvernemental d’experts sur le changement climatique (Giec), un scientifique russe affirme que l’homme ne serait pas responsable du réchauffement de la planète.

L’on voudrait bien sûr lier l’activité de l’Homme au réchauffement et surtout à ce que l’on dit sur la fonte du permafrost“, a déclaré Vladimir Melnikov, directeur de l’Institut de la cryosphère terrestre et spécialiste du permafrost, sols perpétuellement gelés des zones arctiques. “C’est un mythe !“.

Pour Vladimir Melnikov, le réchauffement mondial fait partie de cycles naturels et touche à sa fin : “Nous allons entrer dans une nouvelle période de glaciation“, a-t-il indiqué selon l’AFP. Selon lui, non seulement il n’y a “aucune tragédie dans l’activité humaine“, mais la nature possède de “puissants régulateurs” dont les spécialistes du permafrost voient les mécanismes.

Un protocole inefficace

Selon le climatologue russe Iouri Izraël, vice-président du Giec, ces 30 dernières années, il est “très probable que l’action de l’homme ait joué le rôle principal” dans le réchauffement, estimé par le Giec à 0,74°C sur les 100 dernières années.

Pour lui, les objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre du protocole de Kyoto seront inefficaces. “Que ceux qui croient au protocole de Kyoto continuent de travailler, mais il n’est pas efficace, il demande beaucoup de temps et d’argent“, a-t-il indiqué, avant de suggérer de disperser dans la basse stratosphère de fines particules afin de réduire l’ensoleillement et la température.

Une grande menace

Pour Sergueï Zimov, de l’Institut de géographie de la branche extrême-orientale de l’Académie des sciences russe, “les scientifiques russes ont une attitude sceptique sur le réchauffement climatique. (…) Ils ont raté le train. (…) La science russe manque de moyens et est détachée du reste du monde“.

La probabilité d’un net réchauffement climatique est très élevée. Il ne faut pas se cacher la tête dans le sable. C’est une des plus grandes menaces auxquelles fait face l’humanité“, a-t-il ajouté.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter