Plus de concurrence dans la distribution d’eau

eau_distribution_robinet.jpgSelon un sondage IFOP commandé par la Fédération des distributeurs d’eau indépendants, la FDEI, les Français souhaiteraient plus de concurrence dans la distribution de l’eau.

La FDEI qui regroupe une bonne dizaine de petites entreprises du secteur de l’eau a donc commandé à l’IFOP une enquête sur la perception qu’ont les Français de la distribution de l’eau. Les conclusions de cette enquête révèlent alors que 64% des personnes interrogées estiment que ce marché nécessiterait plus de concurrence. 52% d’entre-eux estiment également que le contrôle des pouvoirs publics est insuffisant.

Frédéric Dabi, chargé de l’enquête à l’Ifop, confie au “Monde” qu’il existe “un vif intérêt au thème de l’eau souvent associé à la santé avec une grande sensibilité à la qualité, au contrôle et à la sécurité qui est plus vive dans les communes rurales tandis que les habitants des villes de province sont plus attentifs au prix de l’eau.”

De son côté, le porte-parole de la FDEI se réjouit de l’intérêt porté à ce secteur, “c’est paradoxal, alors que nous n’avons jamais été aussi fragiles, l’opinion publique nous soutient massivement“. La FDEI avec sa dizaine de membres ne représente que 3% du marché de l’eau dominé par les trois acteurs majeurs que sont Veolia, Suez Environnement et la Saur. Et, ces petites sociétés sont fortement convoitées par les grands.

Un élément essentiel de concurrence

Michel Ruas, l’ancien président de la FDEI expliquait récemment “nos entreprises familiales apportent de la proximité mais, surtout, en répondant à près de 75 % des appels d’offres lancés par les municipalités lors du renouvèlement des concessions, sont un élément essentiel de la concurrence”. Une concurrence affaiblit depuis fin 2007 et le rachat de Ruas – 5e entreprise de distribution d’eau française – par le géant Veolia.

Pour la FDEI, le récent rachat de Ruas “met en lumière le déséquilibre du marché de la distribution d’eau en France“. Dans 90% des cas, le délégataire déjà en place emporte la mise. C’est pourquoi, la FDEI souhaiterait notamment que les contrats de moins de 8000 abonnés lui soient réservés.

Au coeur des préoccupations locales

Enfin, cette étude apporte une nouvelle fois la preuve que l’eau sera présente à la table des débats des prochaines élections municipales. 81% des personnes interrogées souhaitent en effet que la gestion de l’eau soit abordée à l’occasion de ces élections.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter