La Banque mondiale et l’AFD entrent au capital de Veolia

Veolia_Water.JPGVeolia révèle dans un communiqué publié aujourd’hui que la Société Financière Internationale (SFI) et PROPARCO investissent dans le capital de Veolia Water Afrique, Moyen-Orient, Inde. Cette prise de participation a pour objectif de favoriser le développement d’infrastructures et de services d’eau potable, d’assainissement des eaux usées et d’électricité en Afrique, au Moyen-Orient et dans le sous-Continent Indien.

La Société Financière Internationale (SFI), institution du Groupe de la Banque Mondiale chargée des opérations avec le secteur privé, et la Société de Promotion et de Participation pour la Coopération Economique (PROPARCO), filiale de l’Agence Française de Développement (« AFD »), sont entrées au capital de Veolia Water Afrique, Moyen-Orient et Inde (« Veolia Water AMI »), filiale de Veolia Eau, opérateur des services d’eau, d’assainissement et d’électricité sur l’Afrique, le Moyen-Orient et le sous-Continent Indien. Cette opération a pour objectif de soutenir le développement d’infrastructures dans ces régions du monde.

La prise de participation s’est réalisée dans le cadre d’une augmentation de capital, qui a permis à la SFI et à PROPARCO de souscrire respectivement à 13,89% et 5,56% du capital de la Société Veolia Water AMI.

La participation de la SFI revêt la forme d’un financement en fonds propres de 25 millions d’euros ainsi qu’une facilité de prêt d’un montant de 35 millions d’euros. Veolia Water AMI compte affecter cette participation dans son capital au financement de son programme d’extension d’infrastructures et de fourniture de services, à travers ses filiales locales.

De même, PROPARCO investit 10 millions d’euros, afin de favoriser le développement des projets de Veolia Water AMI liés à l’accès à l’eau, à l’assainissement et à l’électricité sur l’ensemble de sa zone d’activité.

Un frein au développement de certains pays

En effet, dans certains pays, l’absence d’infrastructures ou la vétusté des ouvrages existants sont des composantes majeures du problème de l’accès des populations à l’eau et à l’énergie, de même qu’un frein à leurs capacités de développement social, environnemental et économique. Au Gabon par exemple, le taux de couverture d’accès à l’eau est passé de 68% à 85% entre 1999 et 2004 selon les chiffres de l’OMS. Derrière ces chiffres ce sont des milliers de familles qui ont maintenant accès à une eau de qualité.

Concernant cette participation, Rashad Kaldany le Chef du département des infrastructures de la SFI explique que “la SFI va jouer un rôle majeur dans l’appui des projets de Veolia Water AMI dans ces régions. Il reste d’immenses besoins à satisfaire et l’accès à des financements locaux est primordial pour obtenir des investissements permanents dans l’infrastructure destinée à l’eau.”

De son côté, Luc Rigouzzo, le Directeur général de PROPARCO se félicite également. “L’accès à l’eau et à l’environnement en Afrique constitue une priorité stratégique du groupe AFD. En initiant ce partenariat avec Veolia Water AMI, PROPARCO agit en faveur de la croissance économique dans une région trop négligée, tout en répondant aux objectifs sociaux qu’elle s’est fixée, sans oublier la promotion des savoir-faire français et les partenariats avec les autres bailleurs de fonds. Veolia Water AMI peut jouer un rôle majeur pour faciliter l’accès de nombreux africains à une eau potable et à un environnement assaini. PROPARCO est là pour l’appuyer.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter