Disparition des Charbonnages de France

charbonnages_france.jpgA l’occasion du dernier Conseil d’administration de Charbonnages de France, Jean-Louis Borloo, ministre de l’Écologie, du Développement et de l’Aménagement durables tient à saluer la grande famille des mineurs qui a entamé sa reconversion depuis 1994 et qui voit aujourd’hui se tourner une page essentielle de notre histoire industrielle.

Avec la création de Charbonnages de France en 1946, fédérant les neuf houillères de bassin, la France en reconstruction s’est dotée d’un formidable outil industriel et humain pour relancer son économie. Cette “bataille du charbon“, impliquant jusqu’à 150 000 mineurs de fond, a été au c?ur de la renaissance économique française de l’après-guerre.

Dispositif d’accompagnement complet

Quatre ans après la fermeture du dernier site de la Houve, en Lorraine, suite à un long travail de concertation prévu dans la loi du 3 février 2004, un dispositif d’accompagnement complet est désormais en place. L’Etat reprend à son compte les engagements des Charbonnages de France à la fois sur les plans techniques et sociaux :
– le Bureau de recherche géologique et minière, désormais doté d’un département prévention et sécurité minière, sera chargé de la sécurisation des sites et du volet technique de l’après-mine ;
– l’Agence nationale pour la garantie des droits des mineurs, créée en 2005, reprend désormais l’ensemble du financement des prestations sociales aux anciens mineurs et à leurs familles ;
– et enfin une cellule de liquidation mènera à bien les dernières opérations de cession.

Jean-Louis Borloo a également souhaité souligner combien Charbonnages de France a menée, en lien avec tous les acteurs : élus, services de l’Etat… “cette opération de manière exemplaire tant en matière de solidarité, que d’accompagnement et de reconversion” et rappeler l’obligation commune de : “faire vivre, dans chaque région, la mémoire de nos houillères, de nos mineurs“.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter