Le site de l’usine d’incinération de Malefosse sera dépollué

Fumee_incinerateur.JPGMise en service en 1974, l’usine d’incinération de Malefosse qui brûlait les déchets du Briançonnais a cessé son activité en 1997. Le site a ensuite été utilisé comme quai de transfert, lequel sera transféré l’année prochaine à Villard-Saint-Pancrace, dans les Hautes-Alpes.

Selon “Le Dauphiné Libéré” paru hier, une étude a été menée sur la pollution du site et ses environs afin de mesurer le taux de dioxines. “Les résultats n’étaient pas trop mauvais. Du coup, la dépollution est restée cantonnée à l’usine et à ses environs“, a déclaré au quotidien Alain Caillol, responsable de l’aménagement du territoire, du foncier et de l’habitat à la communauté de communes du Briançonnais (CCB).

Le chantier de réhabilitation de l’ancien incinérateur a réellement commencé cette année. Une entreprise spécialisée a enlevé l’ensemble des matériaux contenant de l’amiante. “Les déchets ont été triés selon leur dangerosité puis transportés dans des décharges habilitées“, a précisé au journal Alain Caillol.

L’usine et le quai de transfert seront démolis début 2008, après le transfert du quai à Villard-Saint-Pancrace. Le chantier qui devrait durer un mois, devrait coûter 148.000 euros. Tout le béton sera enlevé et le site sera revégétalisé. Si le stock de mâchefers reste sur place, 15.000 euros seront investis afin de planter 42 pins et 61 feuillus qui feront “disparaître” cette pollution visuelle.

Dépollution du sol et protection des eaux

La communauté de communes du Briançonnais investira également 850.000 euros afin de protéger les berges du torrent de Malefosse et de la Durance et d’éviter ainsi tout risque de pollution.

En 2004, un diagnostic a mis en évidence la présence d’une forte concentration de métaux lourds (plomb, chrome) à proximité de l’ancienne usine d’incinération. La dépollution du sol récemment interrompue par l’arrivée de la neige reprendra au printemps prochain. “Nous allons continuer à creuser en profondeur tant qu’on n’aura pas retrouvé le niveau des normes admises“, a ajouté Alain Caillol.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter