José Bové n’ira pas en prison

Jose_Bove_Faucheur_d__OGM.JPGAlors qu’il a échappé hier à ses quatre mois de prison ferme, José Bové a annoncé une grève de la faim collective à compter du 3 janvier prochain, afin de dénoncer ce qu’il considère comme un “simulacre de décret” sur les OGM.

Convoqué par la juge d’application des peines du tribunal de Millau hier, José Bové a vu sa condamnation initiale de quatre mois de prison ferme pour arrachage d’OGM en 2005, convertie en jours-amende. Le montant de ces jours-amende sera notifié à ses avocats par le procureur de la République et la juge d’application des peines le 17 décembre prochain. Dans l’attente, la confédération paysanne a annoncé le lancement d’une grande souscription afin d’aider leur leader à payer son dû.

Non content d’échapper à de la prison ferme, le leader des altermondialistes a aussitôt annoncé qu’il entreprendrait une grève de la faim en compagnie d’autres militants anti-OGM à compter du 3 janvier prochain. “On sera plus efficace dans la rue en faisant une grève de la faim que derrière les barreaux.”

“Un simulacre de décret”

Joignant le geste à la parole, il a déchiré une copie du décret sur les OGM publié jeudi dernier, le qualifiant de “simulacre de décret“. Pour rappel, ce décret suspend jusqu’au 9 février prochain la vente et l’utilisation de maïs MON 810, seul OGM autorisé en France. José Bové juge cette suspension “totalement inacceptable, à moins de nous prendre pour des imbéciles“. Les opposants réclament alors un moratoire total sur les OGM. Ils estiment que “décreter par la loi le gel en hiver, c’est vraiment se foutre de la gueule du monde“.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter