José Bové devant le tribunal de Millau

bove_jose.jpgJosé Bové est de nouveau convoqué aujourd’hui devant le tribunal de grande instance de Millau. Il devra se présenter à la juge d’application des peines qui déterminera si le leader des altermondialistes doit purger ou non sa condamnation de quatre mois de prison pour arrachage de maïs transgénique, ou si celle-ci peut être aménagée.

Si José Bové a toujours refusé un aménagement de sa peine limitant sa liberté, tel le port d’un bracelet électronique, il s’était cependant déclaré disposé à accepter une éventuelle conversion de cette dernière en journées-amende. L’issue d’une telle audience est attendue, En effet, un de ses avocats, Me François Roux, confie à l’AFP que cette audience, “permettra de connaître officiellement la position du procureur de la république, donc de la ministre de la Justice Rachida Dati“.

Sa condamnation remonte à novembre 2005. La Cour d’appel de Toulouse l’avait alors condamné à quatre mois de prison ferme pour arrachage de maïs transgénique à Menville dans la Haute-Garonne, peine confirmée en cassation.

Mais depuis cette condamnation, le Grenelle de l’environnement est intervenu et a fait évoluer le dossier. Ainsi, José Bové estime alors que “la raison qui m’amène devant ce tribunal, pour l’éxecution de quatre mois de prison ferme, arrive à un moment où le combat que nous avons mené depuis dix ans est en train d’aboutir“.

Deux autres affaires en attente

Le leader de la confédération paysanne est également poursuivi avec un cinquantaine d’autres faucheurs volontaires pour d’autres action dans le Midi-Pyrénnées. Le tribunal correctionnel de Carcassonne, devant lequel José Bové était appelé à comparaître en septembre dernier, a renvoyé le procès sine die, se dessaisissant de l’affaire. De même pour deux autres affaires qui devaient être jugées en octobre devant le tribunal de Toulouse.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter