“La mort blanche ” des coraux menace la vie marine

Coraux.JPGRéunis actuellement à Bali, les experts du réchauffement climatique s’inquiètent du phénomène observé de la “mort blanche” des coraux. Blanche parce que dans un premier temps, les coraux perdent leur couleur éclatante puis ils se calcifient en un squelette fragile qui se désagrège dans l’eau.

Lida Pet Soede, la directrice du programme pour les coraux du Fonds mondial pour la Nature (WWF) s’alarme. “Les conséquences ( du réchauffement climatique) sont là et c’est vraiment dramatique. Les coraux blanchissent puis ils meurent et s’effritent“.

L’explication de ce phénomène est malheureusement très simple. Les algues unicellulaires abritées par les coraux, et dont les pigments leur donnent ses couleurs si flamboyantes, ne supportent pas l’élévation de la température de l’eau et meurent. Débarrassé de ces algues, le corail se décolore et se transforme en un squelette calcaire.

Des conséquences immédiates sur la vie marine

Cette mort des coraux à de surcroit des conséquences immédiates sur la vie marine puisque de nombreux poissons ont besoin de ces coraux pour se nourrir, se cacher ou se reproduire. C’est pourquoi six pays d’Asie et du Sud-Est Pacifique ont décidé de lancer, en marge de la conférence sur le climat, une initiative commune contre la dégradation du “triangle du corail”.

Cette zone comprenant les Philippines, la côte est de Bornéo (partagée entre la Malaisie et l’Indonésie), l’île de Sulawesi, l’archipel des Moluques, Bali et les petites îles de la Sonde, la Papouasie occidentale (Indonésie), le Timor oriental, la Papouasie Nouvelle-Guinée (PNG) et les îles Salomon, rassemble la plus grande biodiversité marine de la planète. de plus, les ressources marine du “triangle du corail” contribuent à faire vivre 120 millions de personnes.

J’ai le regret de dire que les ressources marines de nos pays et de nos régions sont menacées par le changement climatique, les ravages de la pêche et la pollution“, confiait Freddy Numberi, le ministre indonésien des affaires maritimes, à l’AFP.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter