Divorcer nuit à l’environnement

couple_de_papillons.JPGSelon une étude très sérieuse de l’Université américaine du Michigan, divorcer nuit à l’environnement. L’explosion du couple engendre le plus souvent la création d’un nouveau foyer, et donc d’une nouvelle source de dépenses énergétique, de consommation d’eau, de production de déchets…

Jianguo “Jack” Liu, chercheur à l’Université du Michigan et co-auteur de l’étude explique que “globalement, le nombre de foyer augment beaucoup plus vite que le nombre de personnes. Même dans les régions où la population diminue, nous constatons une augmentation substantielle du nombre de foyers“.

Le problème vient des foyers des personnes divorcés. Alors même que le nombre de personnes logeant dans ces foyers est de 40 à 50 % inférieur que dans le cas du foyer d’un couple marié, la dépense énergétique, notamment pour le chauffage , est sensiblement la même.

Chercheurs arrivent même à chiffrer le coût énergétique du divorce puisque selon eux, ce sont 73 milliards de kilowatt/heures qui auraient pu être économisés aux Etats-Unis en 2005, ainsi que 2.850 milliards de litres d’eau.

Vivre à deux contribue donc à la préservation de l’environnement. A quand les couples écologiques…

  • facebook
  • googleplus
  • twitter