Le 47e Salon nautique de Paris, sous le signe de l’écologie

Salon_nautique.JPGC’est accompagné des navigatrices Maud Fontenoy et Catherine Chabaud que Jean-Louis Borloo a inauguré ce week-end le 47e Salon nautique de Paris, l’occasion de rappeler que la filière nautique française cherche à sensibiliser et responsabiliser les plaisanciers pour ne pas faire de nos océans une poubelle géante.

Pour cette 47e édition, le Salon nautique de Paris a décidé de mettre en avant l’écologie et le responsabilité des plaisanciers. Le ministre de l’Ecologie, du Développement et de l’Aménagement durables s’est félicité d’une telle initiative, “le choix de placer cette année la protection de l’environnement marin au centre de ses préoccupations inscrit pleinement ce salon dans l’esprit du Grenelle Environnement”.

Par nature, le voilier est l’image même de la parfaite utilisation des énergies renouvelables. En revanche, il s’agit de lutter contre les rejets polluants, émanant le plus souvent des eaux des toilettes ou des eaux de lavage, mais aussi de diminuer par exemple, les pollutions sonores. Le salon souhaite également mettre en avant la recherche pour des bateaux plus économes en énergie ou sur des coques recyclables. Par ailleurs, ce salon est l’occasion de rappeler que près de 20% des ports français ne sont pas aux normes européennes en ce qui concerne le traitement des déchets.

Le stand du MEDAD

Le Ministère s’implique pleinement dans cette démarche en disposant cette année de son propre stand, informant les visiteurs sur la prévention des pollutions et des risques mais aussi sur la protection des paysages et de la nature plus généralement, la gestion et la protection de la mer, l’état écologique des estuaires et des eaux côtières, ainsi que la conservation du littoral.

Dans le même esprit, le groupe Veolia a créé sur ce salon un espace interactif et ludique destiné à sensibiliser le grand public à la préservation de la planète et de ses océans.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter