• Accueil
  • >
  • Actualité
  • >
  • Air
  • >
  • Climat : Bali devra parler du prix à payer pour préserver les forêts

Climat : Bali devra parler du prix à payer pour préserver les forêts

soleil_01.jpgMardi, le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva a indiqué que la conférence des Nations Unies sur le changement climatique qui se déroulera du 3 au 14 décembre prochain à Bali, en Indonésie, devra discuter du prix que les pays riches devront payer pour la défense de l’environnement.

Il est nécessaire que les pays riches sachent qu’à Bali nous allons discuter sérieusement du prix que les pays riches doivent payer pour que les pays plus pauvres puissent préserver leurs forêts“, a déclaré le président brésilien lors de la présentation du rapport du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) sur la lutte contre le réchauffement climatique.

Personne ne convaincra un pauvre, de quelque pays que ce soit, de ne pas couper un arbre s’il n’a pas en échange le droit au travail, à la nourriture. C’est la contrepartie à payer pour qui est responsable à 70% des émissions de gaz à effet serre“, a-t-il ajouté.

Selon Lula qui serait favorable à la suppression des taxes sur les ventes d’éthanol et à une taxation des ventes de pétrole, “85% de l’énergie électrique brésilienne est renouvelable et propre et 45% de toute l’énergie brésilienne est propre. C’est pourquoi nous n’avons pas de leçons à recevoir. Nous sommes disposés au dialogue, mais pas à accepter des mesures imposées“.

Selon le rapport du PNUD, qui pour Lula “peut désormais être une référence pour tous les pays“, la lutte contre le réchauffement global pourrait coûter 1,6% du produit intérieur brut (PIB) mondial jusqu’en 2030.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter