• Accueil
  • >
  • Actualité
  • >
  • Air
  • >
  • L’industrie du tourisme appelée à lutter contre le réchauffement climatique

L’industrie du tourisme appelée à lutter contre le réchauffement climatique

Sunrise_over_the_sea.jpgRéunis à l’occasion du salon du tourisme de Londres, une centaine de ministres et représentants des pays de l’Organisation mondiale du tourisme (OMT), ont approuvé une déclaration reconnaissant le rôle de l’industrie touristique dans le phénomène du réchauffement de la planète et ont proposé quelques pistes pour y remédier.

Le réchauffement climatique menace de faire disparaître certaines îles du Pacifique et de priver de neige des stations de montagne, notamment dans les Alpes. Il faut “adapter le tourisme aux changements climatiques et à ses contraintes“, a indiqué Francesco Frangialli, le secrétaire général de l’OMT.

4,95% des émissions mondiales de GES en 2005

Selon l’OMT, le secteur du tourisme a généré en 2005 4,95 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre (GES), une proportion égale à son poids dans le Produit intérieur brut (PIB) mondial. Les trois-quarts de ces émissions étaient liés aux transports. En effet, plus de 90 % des voyageurs se rendant dans leur pays de destination via la route ou l’avion.

Parmi les pistes proposées au salon du tourisme pour réduire les rejets de CO2, le principal gaz à effet de serre, les membres de l’OMT ont évoqué l’utilisation accrue d’énergies renouvelables, et l’instauration de mécanismes permettant aux voyageurs de compenser leurs émissions de gaz à effet de serre.

Le remplacement des anciennes flottes des compagnies aériennes par des modèles d’avions moins gourmands en carburant, comme le 787 de Boeing et l’A350 d’Airbus, mais également l’A380 d’Airbus, qui permet d’emporter plus de passagers sur un même vol, pourraient également aider à limiter les émissions de gaz à effet de serre.

Il est temps d’agir

Nous devons tous faire plus, et plus vite nous nous y mettrons, moins cela nous coûtera (et) il est plus que jamais temps d’agir“, a affirmé Margaret Hodge, secrétaire d’Etat britannique au Tourisme.

Notre planète est un espace fragile et précieux. C’est pourquoi nous devons agir pour que le tourisme pèse de tout son poids dans la lutte contre le changement climatique (et développe) une offre respectant les hommes et la nature“, a ajouté Luc Chatel, secrétaire d’État français à la consommation et au tourisme.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter