Le réchauffement climatique pourrait menacer la sécurité nationale

soleil_3.jpgSelon des experts de la sécurité américaine, le changement climatique pourrait mettre fin à la mondialisation d’ici 2040 et menacer la sécurité nationale.

Pour Leon Fuerth de l’université George Washington, l’un des auteurs du rapport, les pénuries pourraient définir les termes des nouvelles relations internationales. La coopération mondiale basée sur un monde riche en ressources serait remplacée par un régime où les biens vitaux seront rares, a-t-il expliqué lors d’un forum nommé “L’âge des Conséquences”.

Certaines des conséquences pourraient prinicpalement impliquer la fin de la mondialisation telle que nous l’avons connue… alors que les différentes régions de la Terre se contracteront afin d’essayer de conserver ce dont elles ont besoin pour survivre“, a déclaré Leon Fuerth, qui était le conseiller pour la sécurité nationale de l’ancien Vice-président américain Al Gore.

Accentuation de la haine

Les pays riches pourraient “être confrontés à un processus de 30 ans au cours duquel ils devront renvoyer les gens qui arrivent par bateau” tandis que les pays les plus pauvres du monde seront confrontés aux pires conséquences environnementales, qui selon lui seront “extrêmement affaiblissantes en termes moraux“.

Le rapport suggère également que les genres de haine qui se développent entre les différents groupes seront accentuées alors que ces groupes essaieront de se déplacer vers des zones plus clémentes sur la planète“, a indiqué Leon Fuerth.

Publié par le Centre des Etudes Internationales et Stratégiques, le rapport présente trois scénarios concernant les implications du changement climatique sur la sécurité nationale. Celui du Groupe Intergouvernemental d’Experts des Nations Unies sur l’Evolution du Climat (Giec), qui selon le rapport “est probable“, prévoit un changement climatique avec un réchauffement de 1,3°C, et une augmentation du niveau des mers d’environ 22 centimètres d’ici 2040.

Individus et nations menacés

Nous prédisons un scénario dans lequel les individus et les nations seront menacés par d’importantes pénuries d’eau et de nourriture, des catastrophes naturelles dévastatrices et des épidémies mortelles“, a déclaré John Podesta, l’ancien directeur d’équipe du Président Bill Clinton, et actuel président du Centre pour le Progrès Américain.

Le changement climatique conduira à des migrations de populations des zones où la nourriture et l’eau seront rares vers des régions plus où ces denrées sont plus abondantes. Les populations fuiront également l’augmentation du niveau des mers, ainsi les zones dévastées par les sécheresses, les inondations et les violentes tempêtes, résultant du changement climatique.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter