• Accueil
  • >
  • Actualité
  • >
  • Air
  • >
  • “La température moyenne de la planète pourrait croître de 1 à 6 degrés d’ici à 2100”

“La température moyenne de la planète pourrait croître de 1 à 6 degrés d’ici à 2100”

soleil__2_.JPGSelon Pierre-Etienne Bisch, président directeur général (PDG) de Météo France, l’activité humaine serait responsable de l’augmentation de la concentration des gaz à effet de serre (GES).

La température moyenne de la planète pourrait croître de un à six degrés d’ici à 2100. (…) Un degré si on agit vigoureusement contre le réchauffement climatique, six si on ne fait rien“, a indiqué Pierre-Etienne Bisch au quotidien “La Tribune”.

Selon le PDG de Météo France, “ces phénomènes provoqueraient des événements en chaîne, mais on ne peut pas dire comment les enchaînements se produiraient“.

379 ppm en 2005

Pour Pierre-Etienne Bisch, c’est l’activité humaine qui est responsable du réchauffement de la planète. “On a établi une corrélation directe entre le début de l’ère industrielle et la concentration des gaz à effet de serre dans l’atmosphère“, a-t-il indiqué au quotidien.

La concentration de CO2 dans l’atmosphère s’élevait à 379 ppm (partie par million, soit 379 molécules de CO2 par million de molécules d’air sec) en 2005. Cette concentration a augmenté en moyenne de 1,9 ppm par an sur la période 1995-2005, contre 1,4 ppm en moyenne sur la période 1960-2005.

Tous les gestes comptent

Pour le PDG de Météo France, tous les gestes sont importants. Aussi, “un téléspectateur qui éteint son poste la nuit pour protéger la planète, ça me réjouit. Mais il faut aussi que ces comportements se poursuivent dans le temps“. Météo France va apporter sa pierre à l’édifice. Ainsi, un bilan énergétique du siège parisien de la société est en cours.

Selon “La Tribune”, “parallèlement aux scénarios planétaires du Giec (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat), il est convaincu qu’il serait utile de développer des modèles d’analyse du changement climatique à des échelles plus réduites“. Pierre-Etienne Bisch a indiqué “c’est compliqué, mais ce serait très innovant sur le plan scientifique“.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter