Grenelle : un exemple international

Al_Gore_2.JPGDavid Martinon, le porte-parole de la présidence de la République a confirmé hier la présence de Jose Manuel Barroso et des prix Nobel de la Paix Al Gore et Wangari Maathaï, jeudi, à la remise des conclusions du Grenelle de l’Environnement.

Jose Barroso et Al Gore “apporteront un témoignage international sur les dangers qui menacent la planète et les mesures d’urgence qui s’imposent“, précise le porte-parole. “Le Grenelle de l’Environnement est une première par son ambition, sa méthode innovante et la diversité des acteurs engagés. Le Président souhaite que la France devienne un exemple à l’échelle internationale face aux défis écologiques“.

2007, une année charnière

De son côté, l’ex-vice président américain, tout nouveau prix Nobel de la Paix, était hier l’invité d’une conférence sur le réchauffement climatique à Berlin, réunion au cours de laquelle il a qualifier l’année 2007 d’année charnière pour le climat.

Je pense que nos enfants et nos petits-enfants, en évoquant l’année 2007, se poseront l’une de ces deux questions. Soit ils demanderont à notre sujet : Que faisaient-ils ? A quoi pensaient-ils et comment ont-ils pu laisser cette catastrophe se produire ? N’ont-ils pas écouté les scientifiques, vu fondre les glaciers et les banquises ? Je veux qu’ils puissent repenser à 2007 et se demander : Comment ont-ils trouvé le courage de faire face et de résoudre le problème que tout le monde disait insoluble?

Al Gore sera également amené prochainement à rédiger dès 2010 un protocole destiné à remplacer celui de Kyoto qui s’achève en 2012. “Les deux plus grands pollueurs, mon pays et la Chine, ne participent pas au protocole de Kyoto. Tous deux ont désormais plus de chances d’intégrer Bali. Après cela, les dirigeants mondiaux devraient se réunir tous les trois mois jusqu’à ce que le traité soit prêt. Nos enfants et nos petits-enfants dépendent de nous pour résoudre cette urgence“.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter