L’iPhone, un téléphone toxique ?

iphone.jpgL’organisation écologiste Greenpeace dénonce la présence d’éléments dangereux pour la santé et l’environnement dans l’iPhone fabriqué par Apple. Le constructeur qui respecte la règlementation s’était engagé à proposer des produits plus écologiques.

Greenpeace, qui considérait Apple comme l’un des constructeurs high-tech les plus polluants, a commandé une expertise “écologique” de l’iPhone qui sera commercialisé en France avant les fêtes de Noël.

Steve Jobs, cofondateur d’Apple, avait annoncé cette année qu’il souhaitait faire de sa société “une pomme plus verte“. Le groupe s’était engagé à éliminer le chlorure de polyvinyle (PVC) et les retardateurs de flamme bromés (RFB) d’ici à la fin 2008.

D’après les résultats communiqués par Greenpeace, le nouveau téléphone d’Apple contiendrait des substances et des matériaux nocifs pour la santé et l’environnement. Le laboratoire scientifique britannique a révélé la présence de composés bromés et de phtalates dans l’iPhone. Ces substances sont reconnues comme étant toxiques mais ne sont pas interdites dans l’industrie des télécoms.

Substances toxiques

D’après les analyses, le brome représente environ 10% du poids total du circuit imprimé flexible de l’antenne de l’appareil. “La présence en fortes proportions de brome dans les composants électroniques soulève des préoccupations liées à l’élimination ou au recyclage de l’iPhone une fois obsolète“, a indiqué l’organisation Greenpeace.

Selon l’expertise, un mélange d’esters de phtalates toxiques a été identifié dans le revêtement en PVC du casque à hauteur de 1,5% du poids de ce matériau néfaste. Ces plastifiants toxiques utilisés pour assouplir certains objets, sont interdits en Europe dans tous les jouets ou articles de puériculture.

Le laboratoire a également remarqué que la batterie de l’iPhone était soudée au combiné, ce qui nuira au recyclage. “Apple respecte la réglementation (la directive européenne “RoHS”, Restriction of Use of certain hazardous Substances, qui interdit certains produits). Mais sachant que la réglementation est loin d’être assez stricte, on pouvait attendre beaucoup mieux de la part d’un constructeur qui dit “réinventer le téléphone” !”, a déclaré Yannick Vicaire, responsable de la campagne Toxiques de Greenpeace France.

Selon Greepeace, la téléphonie mobile est bien avancée en matière d’écologie par rapport à d’autres secteurs high-tech. Par exemple, les derniers portables de Nokia sont par exemple dépourvus de PVC. “D’autres fabricants utilisent déjà des substances alternatives et la plupart des constructeurs font appel aux mêmes sous-traitants… Cela montre que l’éco-conception n’est pas une priorité pour Apple”, a ajouté Yannick Vicaire.

Irritation, toux, problèmes de fertilité…

Les composés organiques bromés fabriqués par l’homme ne sont pas naturels et peuvent être sérieusement nocifs pour la santé et l’environnement. L’homme peut absorber ces composés par la peau, la nourriture ou l’air respiré. L’exposition à de faibles concentrations de vapeurs de brome peut provoquer une réaction inflammatoire cutanéomuqueuse associant irritation oculaire, larmoiement, toux, dyspnée et dermite d’aspect polymorphe (érythème, pustule, ulcères) ou des céphalées. Après exposition à de plus fortes concentrations de vapeurs, peuvent survenir toux, épistaxis, sensation d’oppression, broncho-pneumonie, photophobie, blépharospasme et brûlures cutanées sur les zones découvertes.

La toxicité des phtalates est connue. Par contre, il reste quelques suspicions à propos des effets cancérigènes de ces phtalates. En revanche, des effets ont été démontrés en ce qui concerne les problèmes de fertilité ou de croissance chez les enfants exposés à de fortes doses en période prénatale ou néonatale. Les phtalates sont reconnus pour être des perturbateurs endocriniens.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter