L’Europe doit réduire ses émissions de GES

pollution_usine_1.jpgSelon un rapport de l’Agence européenne pour l’environnement (AEE), l’Europe doit prendre des mesures pour réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) et améliorer la qualité de l’air.

On estime que les niveaux actuels, surtout d’oxyde d’azote, de particules fines et d’ozone au sol, réduisent l’espérance de vie moyenne dans les pays d’Europe occidentale et centrale de près d’un an et compromettent la croissance des enfants“, a souligné le rapport, intitulé “L’environnement en Europe”. Aujourd’hui, l’espérance de vie est de 70 ans pour les hommes et 74 pour les femmes.

Selon le rapport de 440 pages présenté lors d’une conférence ministérielle organisée sous les auspices de la commission économique des Nations unies pour l’Europe (CEE-ONU) à Belgrade, en Serbie, “le nombre estimé de vies humaines perdues chaque année est nettement plus élevé que pour les accidents de voiture“.

Augmentation des émissions polluantes

Une qualité de l’air pauvre est toujours la cause de centaines de milliers de décès prématurés en Europe chaque année et continue à nuire aux cultures et à la santé des écosystèmes” a indiqué le rapport.

Dans une région qui comprend l’Europe de l’Est, le Caucase et l’Asie centrale, l’Europe du Sud-Est, ainsi que l’Europe occidentale et centrale, “plus de 100 millions de personnes n’ont accès ni à de l’eau potable ni à des installations sanitaires de qualité” sur les 870 millions de personnes qui y vivent.

Au cours de ces 15 dernières années “la qualité de l’approvisionnement en eau et des installations sanitaires s’est détériorée” en particulier en Europe de l’Est, au Caucase, en Asie centrale et en Europe du Sud-Est. Depuis 7 ans, “la plupart des émissions polluantes ont augmenté de 10 % en raison de la reprise économique” en Europe de l’Est, dans le Caucase et en Asie centrale, a précisé le rapport.

Aspects préoccupants

Il alerte également sur “plusieurs aspects préoccupants tels que la surpêche, l’eutrophisation et des pressions grandissantes sur les zones côtières“. Même si le nombre de marées noires accidentelles a diminué dans les mers européennes, “les rejets d’hydrocarbures dans le cadre des activités de routine demeurent importants“, indique-t-il. Concernant la biodiversité, “plus de 700 espèces européennes sont menacées d’extinction (…) à cause de la destruction, de la dégradation et de la perturbation de leurs habitats“.

Nous devons renforcer la volonté d’agir sur les problématiques environnementales dans la région paneuropéenne“, a souligné Jacqueline McGlade, directrice exécutive de l’AEE. “Pour ce faire, il importe que nous comprenions mieux les problèmes qui se posent, leur nature et leur répartition parmi les différentes sociétés et générations“.

Le rapport rappelle que pour limiter le réchauffement climatique, les émissions de gaz à effet de serre doivent être réduites de jusqu’à 50% d’ici à 2050.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter