OMV est prêt à “attendre” 2 ans pour acquérir MOL

hongrie.jpgLe groupe énergétique autrichien OMV s’est dit prêt à “attendre deux ans” si nécessaire pour mener à bien l’offre publique d’achat qu’il a lancé sur le hongrois MOL.

Dans une interview accordée au quotidien économique “Les Echos” paru hier, Wolfgang Ruttenstorfer, président directeur général d’OMV, a déclaré : “la balle est dans le camp hongrois. Nous sommes patients. Si nous devons encore attendre deux ans, nous le ferons“.

L’OPA d’OMV, à 128 euros par action, soit environ 20 euros de plus que le cours au moment de l’offre, est considérée comme hostile par le groupe hongrois et le gouvernement de Budapest. Ce dernier a évoqué une tentative d’un “Etat étranger” de prendre le contrôle d’une entreprise “stratégique”. D’ailleurs, lundi, le gouvernement a fait voter une loi qui protège la société nationale. Cette loi devrait entrer en vigueur le 1er janvier 2008.

Une réaction “surprenante”

Wolfgang Ruttenstorfer a trouvé la réaction des dirigeants de MOL, dont le groupe OMV détient déjà 20%, “surprenante“. “L’an dernier, nous avions étudié avec sa direction l’idée d’unir nos forces dans certains domaines et cela n’avait pas posé de problème“. Il a ajouté que “les marchés financiers ont bien réagi” à l’annonce d’une OPA d’OMV sur MOL et que Bruxelles a demandé à la Hongrie de “se plier à la législation européenne“.

Il a également essayé de rassurer les responsables de MOL en assurant que son groupe ne souhaitait pas se séparer d’actifs majeurs du groupe hongrois, comme les raffineries: “c’est à Bruxelles de prendre la décision finale mais une fusion ne devrait nous obliger qu’à vendre quelques stations-service (…) en aucun cas une raffinerie entière“.

OMV est prêt à faire d’autres concessions. Wolfgang Ruttenstorfer a indiqué au quotidien que son groupe avait promis d’élire des Hongrois à son conseil d’administration. Il a ajouté qu’OMV était prêt à transférer à Budapest, la capitale hongroise, le siège des activités de raffinage du groupe fusionné.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter