Suez Environnement : pacte d’actionnariat finalisé

suez_environnement.JPGSelon le quotidien “Les Echos” d’hier, un pacte d’actionnariat a été finalisé pour Suez Environnement.

Gérard Mestrallet, Président Directeur Général (PDG) de Suez, a conclu un pacte avec les principaux actionnaires pour la future société cotée Suez Environnement. Les actionnaires sont liés, sur le papier, pour une durée de 5 ans.

Il est prévu qu’Albert Frère, le Crédit Agricole, Areva, la Caisse des Dépôts et Consignations et CNP Assurances détiennent 12 % de la société, alors que le futur ensemble GDF-Suez contrôle 35 % de l’entreprise.

L’accord est “bien moins contraignant qu’il n’y paraît. Et si sa durée est effectivement de cinq ans, aucun des grands actionnaires ne s’est engagé à conserver ses titres aussi longtemps“. “L’idée était de traduire la notion de stabilité mise en avant par le management de Suez, sans pour autant restreindre la liberté de mouvement des actionnaires“, a confié l’un des protagonistes au quotidien économique.

La réalité est qu’aucun des ces actionnaires n’avait réellement envie de signer, que des entreprises comme Areva ou le Crédit Agricole ont mieux à faire que d’investir dans l’eau et la propreté, et que l’environnement finira par sortir du périmètre de GDF-Suez“, a-t-il poursuivit.

Droits de préemption croisés

L’accord “prévoit des droits de préemption croisés entre actionnaires clefs” qui fonctionnera en 3 temps. Si l’un des grands actionnaires souhaite sortir, il devra proposer ses titres aux “autres actionnaires stables“. Si aucun d’entre eux n’est intéressé, GDF-Suez pourra alors se manifester. Si ce dernier n’est pas preneur, l’investisseur pourra alors vendre ses actions sur le marché.

Selon “Les Echos”, la seule contrainte pourrait venir de l’administration fiscale qui déterminera ces prochains jours “le délai de blocage des titres” qui s’impose aux actionnaires.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter