Nicolas Sarkozy surprend les agriculteurs

NSdiscoursG.jpgLe président Nicolas Sarkozy a inauguré hier le salon international de l’élevage SPACE à Rennes. Il a profité de l’occasion pour présenté sa vision de la politique agricole commune qu’il souhaite voir appliquée par Bruxelles. Il défend un monde agricole qui veut vivre de son travail et non des aides extérieures.

Le président a eu des mots très durs à l’égard de la politique agricole commune (PAC) actuelle. “La PAC telle qu’elle est aujourd’hui ne peut pas répondre aux défis de l’après 2013“. Terminé les “agriculteurs assistés, contrôlés sur la longueur du poil de leurs animaux!”.

Mais surtout, les agriculteurs français doivent cesser de dépendre des subventions qui représentent aujourd’hui parfois plus de 50% de leurs revenus. Le contexte actuel permet de modifier la donne étant donnée la flambée des prix des matières premières. Le président souhaite réhabiliter et mettre en avant la fonction de producteur alimentaire des exploitants agricoles. Pour se faire, il entend profiter de la présidence française en juillet 2008 pour “préparer un nouveau cadre politique pour notre agriculture en Europe“.

“Je veux rompre avec l’immobilisme…”

Nicolas Sarkozy ne souhaite donc pas attendre la réforme prévue pour 2013, ni même le bilan de santé de 2008 pour changer la politique européenne. “Je veux rompre avec l’immobilisme… et construire une agriculture de premier plan en France et en Europe. L’approvisionnement des Européens ne peut pas dépendre de pays étrangers“.

Le président a donc fixé quatre objectifs à la politique agricole de demain. Il faut assurer l’indépendance et la sécurité alimentaire de l’Europe, contribuer aux équilibres alimentaires mondiaux, préserver les équilibres ruraux et enfin, lutter contre les changements climatiques et améliorer l’environnement.

Ce discours a agréablement surpris les agriculteurs présents à Rennes, pourtant restés sur leur faim. Le président Sarkozy a une nouvelle fois fait preuve de sa rapidité, rejoignant sa voiture, le téléphone collé à l’oreille, aussi vite qu’il était arrivé.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter