Problèmes respiratoires chez les sauveteurs du “9/11”

New_York.jpgLes conclusions publiées par le Département de la Santé montrent que 3,6 % des 25.000 sauveteurs qui ont été dépêchés le 11 septembre 2001 sur le site du World Trade Center ont développé de l’asthme. Ce taux est 12 fois plus élevé que dans le reste de la population adulte.

L’enquête, menée en 2003 et en 2004, a constaté que le fait d’arriver peu de temps après l’effondrement des bâtiments, ou de travailler longtemps sur les ruines du World Trade Center, a augmenté le risque de développer de l’asthme. Le plus haut taux d’asthme (7%) a été signalé chez les ouvriers qui sont arrivés le 11 septembre 2001 et qui ont travaillé plus de 90 jours.

Beaucoup de personnes présentes sur le site des tours jumelles n’ont pas porté de protection respiratoire au début. Pourtant, correctement utilisés, certaines protections respiratoires peuvent réduire l’exposition à la poussière. Chez les ouvriers qui ont travaillé sur le site les 11 et 12 septembre, de plus faibles taux d’asthme ont été signalés pour ceux qui ont porté des protections respiratoires (4,0 % le 11/09 et 2,9 % le 12/09) que pour ceux qui n’ont pas pris ces précautions (6,3 % le 11/09 et 4,5 % le 12/09).

De forts taux d’asthme

Selon l’enquête, plus la période d’exposition aux poussières du World Trade Center est importante, plus le risque de développer de l’asthme est important. Les ouvriers qui ont travaillé pendant des mois sans protection respiratoire ont développé deux à trois fois plus d’asthme que ceux qui ont porté des respirateurs durant la durée des travaux. Même si les protections respiratoires se sont révélées être utiles, chez tous les groupes d’ouvriers, en incluant ceux qui ont porté des masques, des niveaux d’asthme anormalement élevés ont été relevé.

L’inhalation des poussières est fortement liée à la survenue d’affections respiratoires. Ces résultats rappellent l’importance de porter des équipements adéquats en de telles circonstances. Même si dans l’urgence, il n’est pas si simple de s’organiser pour équiper tout le monde“, a déclaré Dr Thomas R. Frieden, Commissionnaire de Santé de New York.

Selon l’étude, les taux d’asthme diffèrent chez les groupes qui ont travaillé sur différentes parties du site. Les plus hauts taux d’asthme ont été relevés chez les personnes qui ont travaillé dans les poussières et sur les ruines des 2 tours (respectivement 4,9% et 4,5%), sans doute parce qu’ils ont inhalé plus de poussières.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter