La Hearst Tower : un immeuble “vert”

hearst_tower.JPGA New York, sur la 8e avenue, un gratte-ciel possède une particularité. En effet, ce “green building” a été construit pour respecter l’environnement.

New York est l’agglomération symbole du XXe siècle, et ses gratte-ciels ont été construits dans un souci d’élégance et de démonstration de richesse. Les bâtiments construits dans les années 1960-70 étaient avides d’énergie”, a rappelé l’architecte Carol Lewis.

C’était une période où la climatisation était toujours branchée, il n’y avait pas d’air frais, l’énergie n’était pas efficacement utilisée. Ces bâtiments sont malades, mais il ne faut pas nécessairement les détruire, ils peuvent être rénovés et devenir sains et sûrs“, a-t-elle ajouté.

Inaugurée à la fin de l’année dernière, la Hearst Tower est un immeuble de 182 mètres, comportant 46 étages. Il reste aujourd’hui le seul immeuble new-yorkais détenteur de la certification “LEED or” (Excellence en Energie et en Architecture bioclimatique) attribuée par le Comité américain des bâtiments verts (USGBC).

Le siège de la Bank of America, qui sera terminé l’année prochaine prévoit d’obtenir la certification “LEED platine”. D’autres immeubles comme celui du New York Times “respectent aussi l’environnement mais n’ont pas le label parce qu’il faut passer par une démarche administrative longue et coûteuse”, a déclaré Carol Willis.

Un parfait exemple d’architecture bio-climatique

La Hearst Tower est formée par un maillage de losanges en acier et verre. Cette particularité a permis d’économiser 20% de métal, soit environ 2 000 tonnes d’acier. De plus, 90% du métal utilisé pour sa construction provient du recyclage. Le verre “à faible émissivité” utilisé, permet de laisser passer la lumière. Cependant, ce verre fait barrage à la chaleur et aux rayons nocifs.

La construction de ce bâtiment respecte certaines normes précises afin de ne pas dégrader l’environnement. Un système de collecte de l’eau de pluie installé sur le toit et connecté à une réserve au sous-sol permet d’alimenter le système de refroidissement et d’arroser les plantes. Ceci devrait permettre de réduire la consommation d’eau de 25%.

Des capteurs contrôlent la lumière artificielle nécessaire, en fonction de la luminosité et de la présence de personnes dans les locaux. Grâce à tous ces équipements, la Hearst Tower devrait consommer 22% d’énergie de moins qu’un immeuble classique.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter