Séché Environnement annonce de bons résultats

logo_seche_environnement.JPGLe spécialiste français de traitement et de stockage des déchets, Séché Environnement a dégagé un résultat opérationnel courant de 27 millions d’euros pour le premier trimestre 2007, un résultat en hausse de 4,6% par rapport à l’année passée.

Le résultat opérationnel de Séché Environnement progresse donc une nouvelle fois pour atteindre 15,1% du chiffre d’affaires consolidé. Cette hausse, supérieure à celle du chiffre d’affaires, reflète l’évolution favorable des marchés du traitement de déchets et intègre également l’impact d’éléments non récurrents de nature industrielle.

Le résultat net consolidé (part du groupe) de Séché Environnement progresse de manière significative et s’établit à 15,3 M? contre 13,3 M? un an plus tôt (données pro forma), extériorisant un taux de marge nette de 8,6% sur la période.

Cette hausse du résultat opérationnel courant résulte d’une part, de l’évolution différenciée des indicateurs opérationnels en France et à l’International, et d’autre part, de la stabilisation des amortissements.

En France et à l’international

En France, l’EBE s’établit à 44,5 M? (contre 43,9 M? au 1er semestre 2006) et se maintient à 27% du CA. Dans un contexte d’activité marqué par des effets de base défavorables, ce bon niveau de rentabilité intègre l’évolution favorable des marchés du Groupe mais également l’impact de la moindre disponibilité de l’outil industriel sur le 1er semestre, notamment en raison de travaux d’amélioration sur Salaise 2.

A l’International, l’EBE se contracte sensiblement, à 1,3 M? (contre 1,9 M? il y a un an) sous l’effet de la performance décevante de certains actifs, notamment de la filiale Tribel (Brésil).

Une stabilisation des amortissements

Cette stabilisation du poids des amortissements et provisions reflète la maîtrise des investissements. Séché Environnement a pu accentuer son programme d’investissements industriels (à près de 13% du CA) notamment dans les traitements à forte valeur ajoutée (construction de ” filières directes ” à Salaise 2). Par ailleurs, l’acquisition de 33% de HIME, financée pour partie en fonds propres et pour partie par recours à l’endettement bancaire, se traduit par un renforcement significatif des fonds propres, à 361,9 ME mais par une hausse de l’endettement net porté à 279,3 ME.

Le bon niveau d’activité attendu pour le second semestre conforte le Groupe dans ses attentes en matière de rentabilité opérationnelle. Le résultat opérationnel courant devrait ainsi se situer autour de 17 % du chiffre d’affaires consolidé.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter