Côtes-d’Armor : moins d’algues vertes en baie de Saint-Brieuc

C__tes_d__Armor.jpgDans la région de Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor), la plage de Bon Abri n’est pas seulement connue pour ses dunes, mais également pour ses “marées vertes” qui font fuir les vacanciers.

Chaque été, des algues vertes prennent d’assaut la plage costarmoricaine. En effet, toutes les conditions sont réunies pour leur profilération: chaleur, luminosité, courants, polluants…

Les nitrates jouent un rôle important dans la prolifération des algues. Lors des marées vertes, l’agriculture intensive est visée. En effet, les nitrates contenus dans l’eau sont à 95 %, ou plus, d’origine agricole.

“Moins de dépôts sur les plages”

Depuis deux années, la quantité d’algues de type “ulva armoricana” ramassée diminue. “On a moins de dépôts sur les plages pour des raisons climatiques et les nitrates se stabilisent. Mais la pluie de juillet a lessivé les terrains. On risque donc de les voir arriver plus tard” a déclaré Alain Cadec, adjoint à l’environnement à la mairie de Saint-Brieuc.

Coût élevé

Cette invasion d’algues a un coût élevé: 10 euros le m3, soit environ 350 000 euros par an dans les Côtes-d’Armor, payés à 80 % par le conseil général des Côtes-d’Armor. Les conséquences négatives sur le tourisme, l’immobilier, l’image de la Bretagne, même si elles ne sont pas mesurables, sont à prendre en compte.

Si l’algue verte n’est pas dangereuse, elle peut quand même endommager le milieu naturel et réduire la biodiversité.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter