Suez Environnement investit dans la réutilisation des eaux usées

suez_environnement.JPGLa période estivale se caractérise pour certains pays européens par un déficit pluviométrique persistant depuis l’hiver. La surveillance et la protection des nappes phréatiques, la réalimentation des nappes et la recherche systématique des fuites dans les réseaux font partie des solutions incontournables à la bonne gestion des services d’eau, mais ne suffisent pas toujours à satisfaire les multiples usages de l’eau.

Pour faire face à ces périodes de sécheresse récurrentes et limiter les prélèvements d’eau dans un milieu naturel fragilisé, la réutilisation des eaux usées, longtemps réservée aux pays arides, se développe désormais également en Europe. Le développement de technologies de pointe, notamment la mise en oeuvre de procédés utilisant des membranes d’ultrafiltration ou des traitements par ultra-violets, permettent de mettre à disposition une eau traitée dont la qualité rend possible la réutilisation à des fins agricoles et industrielles.

A Milan

Suez Environnement, à travers sa filiale Degrémont, a ainsi développé pour la ville de Milan la plus importante usine de réutilisation des eaux usées d’Europe. Avec une capacité de plus de 1 million équivalent habitants (345 000 m3/jour), cette usine, mise en service en 2005, permet de recycler les eaux usées traitées et désinfectées pour l’irrigation de plus de 22 000 hectares de cultures maraîchères à haute valeur ajoutée.

En Camargue

Bien que la France ait la chance de disposer d’importantes ressources en eau, son inégale répartition impose aux collectivités de trouver des solutions innovantes pour répondre aux différents besoins. Degrémont et Lyonnaise des Eaux, filiales de Suez Environnement, viennent ainsi de mettre en place une plate-forme d’essai de réutilisation des eaux usées en France, sur la station d’épuration de Grau du Roi, en Camargue. L’eau recyclée par la station permettra d’arroser les espaces verts de Port Camargue.

Développée par le Centre de Recherche et Développement du Groupe, l’installation permettra de tester jusqu’à la mi-août deux types de technologies : – une technique dite d’ultrafiltration par membranes qui consiste à filtrer à travers des membranes organiques les eaux usées. Les membranes constituent une barrière physique absolue des bactéries et des différents éléments en suspension dans l’eau. L’eau circule à l’intérieur de la fibre (une sorte de “spaghetti”) dont la paroi est faite de pores 10 000 fois plus petits que ceux de la peau humaine : les membranes d’ultrafiltration arrêtent donc systématiquement toutes les particules. – la seconde technologie fait appel à une désinfection par Ultra-Violet. L’eau en contact avec les ultra violets est complètement débarrassée de tous ses micro organismes. L’objectif de cette expérimentation est de démontrer la viabilité d’une filière de recyclage des eaux usées en termes de quantité et de qualité de l’eau produite.

Un marché à fort potentiel

La réutilisation de l’eau est un marché à fort potentiel. Actuellement, seulement 2% des eaux usées collectées sont réutilisées, soit plus 7 milliards de m³ en 2005. Dans les dix prochaines années, les capacités mondiales installées pour traiter les eaux usées tripleront pour passer de 20 millions de m³/j en 2005 à 55 millions de m³ /j en 2015, soit une croissance annuelle de 10 à 12%. Dans le monde, Degrémont, spécialiste mondial des usines de traitement d’eau, a construit plus de 50 usines de réutilisation d’eaux usées, pour une capacité totale de 2,4 million m3/jour.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter