• Accueil
  • >
  • Actualité
  • >
  • Eau
  • >
  • Eaux bretonnes : Michel Barnier espère toujours l’abandon des poursuites

Eaux bretonnes : Michel Barnier espère toujours l’abandon des poursuites

penguilly1bis.jpgMichel Barnier, le ministre français de l’Agriculture et de la Pêche espère toujours que la Commission européenne renonce à saisir la Cour européenne de justice sur le dossier des nitrates. Pour rappel, la france risque une amende de 28 millions d’euros assortie d’une astreinte de 117 882 euros par jour de violation.

Ainsi, en marge d’une réunion avec ses homologues des 27, Michel Barnier a déclaré “je suis totalement engagé avec mes services pour faire la preuve de la bonne volonté de la France (.) J’ai besoin d’un peu de temps“.

Il a en effet rappelé que les mesures de protection visant à lutter contre la présence de nitrates d’origine agricole seront obligatoires à partir du 1er janvier 2008. Il espère alors que la Commission attende au moins septembre avant de déposer sa demande à la CJCE. Même si la France pourra difficilement se soustraire à l’amende, il s’agit principalement d’échapper à l’astreinte qui lui est assortie.

L’objectif était de rendre conformes 37 points de captages d’eau potable incriminés par Bruxelles. Il en reste encore 9 toujours pollués en Bretagne. La Commission a donc reconnu que la France avait fait des efforts, mais elle estime que ces derniers sont insuffisants sur les 9 bassins restants. La France devra donc encore consacrer 60 millions d’euros pour la mise en conformité de ces bassins. Elle devra également accompagner les agriculteurs bretons dans leur nécessaire réduction des apports en azote, engrais, fumiers et lisiers.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter