• Accueil
  • >
  • Le Mag
  • >
  • Des drones qui utilisent l’intelligence artificielle pour surveiller les océans

Des drones qui utilisent l’intelligence artificielle pour surveiller les océans

Le 8 juin, c’est la journée mondiale des océans. L’occasion de mettre en avant l’initative du britannique Peter Kohler. Chaque année, environ 5 à 13 millions de tonnes de déchets en plastique se retrouveraient dans les océans du monde chaque année. Peter Kohler, fondateur de Plastic Tide basé aux États-Unis, a pu entrevoir l’ampleur de ce problème il y a une dizaine d’années – et cela a changé le cours de sa vie.

Nous ne savons pas d’où vient le plastique dans les océans

« Il y a environ dix ans, je suis allé dans le Pacifique Sud », a-t-il déclaré. « J’ai toujours été fasciné par les océans, et c’était un pur paradis. Mais c’était un paradis assiégé. L’une des façons les plus visibles dont ce paradis était assiégé était le nombre de détritus présents. Il y en avait partout, même si nous étions à des kilomètres de quoi que ce soit. Lorsque vous naviguez au milieu de nulle part, vous vous demandez vraiment d’où viennent ces déchets et comment ils sont arrivés jusqu’ici. Je suis revenu en Angleterre et j’ai passé les quelques années suivantes à réfléchir à la meilleure façon de répondre à cette question ».

Les questions de Peter Kohler l’ont amené à des réponses, mais pas nécessairement du celles qu’il espérait. L’un des détails qu’il a découvert était que, non seulement nous avons un énorme problème de déchets marins, mais nous ne savons pas d’où en vient la majeure partie. Autrement dit, lorsque les plastiques sont déversés dans l’eau, on perd rapidement leur piste, ce qui rend difficile la responsabilité de chacun.

Mais il a une solution – et cela implique une technologie de pointe assez impressionnante. « Plastic Tide vise à utiliser la technologie, l’apprentissage automatique et la science citoyenne pour construire une solution de surveillance locale et globale à ce problème de déchets marins », a-t-il ajouté.

L’idée, en substance, est d’utiliser des caméras montées sur des drones pour prendre des milliers de photos aériennes. Ces photos sont ensuite utilisées pour former un algorithme en intelligence artificielle (l’IA) pour reconnaître des images de déchets en plastique pour distinguer, disons, un sac en plastique d’une méduse ou un bouchon de bouteille d’un coquillage.

Construire un système intelligent grâce à l’aide de bénévoles

Un peu comme les systèmes Captcha en ligne qui vous demandent de prouver que vous n’êtes pas un robot en décodant une rangée de lettres ou de chiffres, les utilisateurs consciencieux sont appelés à se connecter au site Web (sans but lucratif) et aider à marquer les différences, en faisant ainsi évoluer l’IA.

« À court terme, cela peut être utilisé pour aider aux événements de nettoyage en nous faisant prendre conscience des zones les plus touchées pour les humains, la vie marine et les oiseaux», a poursuivi Peter Kohler. Tout comme le système Captcha, lorsque les bénévoles répondent correctement à ces questions, ils contribuent à rendre les algorithmes de reconnaissance d’images plus intelligents pour qu’ils puissent un jour effectuer eux-mêmes cette classification.

Cela permettra à Plastic Tide de passer à la prochaine étape de son objectif : construire un système complet capable de faire la chronique de la menace du plastique en temps réel. Au lieu de simplement regarder le littoral, Kohler a déclaré que cela pourrait inclure « les côtes, la surface de la mer, les fonds marins, les rivières, et peut-être même des routes et des chemins de fer ».

Être capable de suivre la propagation du plastique de cette manière aidera à découvrir quelles sont les entreprises qui sont responsables des déchets particulièrement flagrants, mais aussi à visualiser le lien direct entre les politiques environnementales et leur impact sur le monde. « Par exemple, ici au Royaume-Uni, le gouvernement a interdit les sacs en plastique », a-t-il déclaré. « Nous pouvons alors voir les conséquences que cela a sur la quantité de plastique sur la côte ».

« Les plastiques ne sont pas mauvais ; c’est notre mauvaise utilisation qui est souvent mauvaise », pense Peter Kohler avant d’ajouter « néanmoins, c’est un domaine qui a désespérément besoin d’attention – et comme cela nous concerne tous, il est normal que nous donnions tous un coup de main quand c’est possible ».

Peter Kohler conclue en ajoutant « Impliquez-vous dans les efforts de nettoyage des plages. C’est un excellent moyen de vous faire prendre conscience de l’impact de tout ce que vous jetez ».

 

  • facebook
  • googleplus
  • twitter

Master RSE et QSE - option gestion de l'environnement - CNAM