La taille des oiseaux n’a de cesse de diminuer depuis 40 ans

De 1978 à 2016, les chercheurs ont mesuré 70 716 spécimens d’oiseaux et ont constaté une diminution de masse de 2,6% en moyenne.

Il s’avère que les couches de glace polaires ne sont pas les seules choses à se contracter du fait du changement climatique. Certains oiseaux aussi.

Selon des chercheurs de l’Université du Michigan et du Museum d’Histoires Naturelles de Chicago, qui ont publié leurs conclusions dans Ecology Letters le 4 décembre. L’équipe a analysé les mesures de 70 716 spécimens d’oiseaux représentant 52 espèces d’oiseaux migrateurs d’Amérique du Nord. De 1978 à 2016, ils ont constaté que la taille de toutes les espèces avait diminué. Plus précisément, la longueur des os de la jambe a diminué de 2,4% pour toutes les espèces. Leur masse a diminué de 2,6%. Fait intéressant, l’envergure des oiseaux a augmenté de 1,3%.

 Règle de Bergmann

« Nous avions de bonnes raisons de penser que l’augmentation des températures entraînerait une réduction de la taille, basée sur des études précédentes », a déclaré dans un média l’auteur principal de l’étude, Brian Weeks, professeur adjoint à l’école d’environnement et de durabilité de l’Université du Michigan. « Ce qui était choquant, c’était la constance. J’ai été incroyablement surpris de constater que toutes ces espèces réagissent de la même manière. »

La taille des animaux, y compris celle des humains, est généralement liée au climat dans lequel ils vivent. Par exemple, les individus qui vivent dans des climats plus froids ont souvent des corps plus grands que ceux des climats chauds. En effet, un corps plus grand retient mieux la chaleur. Un corps plus petit peut dégager de la chaleur plus facilement. Cette théorie biologique est connue sous le nom de règle de Bergmann.

La longue période de données disponible sur la masse pour les chercheurs était en partie due à un coup de chance. Chaque année depuis 1978, durant l’automne et le printemps, David Willard, responsable émérite des collections au Museum, mesure les cadavres d’oiseaux morts qui sont entrés en collision avec des bâtiments de Chicago. Au total, il a mesuré un peu plus de 70 000 oiseaux. En utilisant les données de David Willard, ils ont comparé les mesures aux enregistrements de température de la NASA.

Mais à l’époque où David Willard a commencé à mesurer les oiseaux, il ne pensait pas au changement climatique.

« Lorsque nous avons commencé à collecter les données analysées dans cette étude, nous nous posions quelques questions simples sur les variations annuelles et saisonnières des oiseaux », a déclaré Willard. « L’expression” changement climatique “en tant que phénomène moderne n’en était qu’à ses balbutiements. Les résultats de cette étude montrent à quel point il est essentiel de disposer de données à long terme pour identifier et analyser les tendances induites par les changements de notre environnement. »

Les oiseaux particulièrement vulnérables

En plus d’établir un lien à long terme, les chercheurs ont comparé les fluctuations de température à court terme.

« Les périodes de réchauffement rapide sont suivies quasi instantanément par des périodes de déclin de la taille du corps, et inversement », a expliqué Brian Weeks.

En ce qui concerne les ailes plus longues, les chercheurs ne savent pas ce que pourrait être la signification biologique.

« Les oiseaux aux ailes plus longues et plus pointues… pourraient être des voleurs plus efficaces », a déclaré Ben Winger, auteur de l’étude et professeur assistant d’écologie et de biologie de l’évolution à l’Université du Michigan.

Ce n’est pas le seul moyen par lequel le changement climatique a récemment changé l’écologie des oiseaux. Selon une étude distincte publiée dans la revue Science en septembre, environ un oiseau sur quatre aurait disparu au cours des 50 dernières années dans le monde occidental.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter