Ségolène Royal déclare la guerre aux pesticides

Ségolène Royal entre en guerre contre les pesticides. Dans un premier temps, la ministre de l’Ecologie souhaite inciter les communes à accélérer la mise en place de la loi entrant en vigueur en 2020 et interdisant l’usage des produits phytosanitaire et pesticides pour l’entretien des espaces verts publics.

En 2020, les pesticides et produits phytosanitaires seront interdits dans les espaces verts publics. La loi a déjà été adoptée en janvier dernier. Elle interdit ces produits pour l’entretien des espaces verts, promenades ou forêts, mais ne concerne pas les terrains de sport, la voirie ou les cimetières.  Toutefois, Ségolène Royal entend bien accélérer les choses et inciter les communes à anticiper la mise en place de cette mesure.  “Je souhaite accélérer l’interdiction des produits phytosanitaires et des pesticides dans les villes et villages“,  annonçait-elle hier lors du lancement de la 8e Fête de la nature. Les communes vertueuses pourraient alors se voir attribuer un label.

Récupération ?

Selon Airparif, déjà 10% des communes franciliennes ont déjà renoncé aux pesticides et produits phytosanitaires. Si Ségolène Royal place ces communes en exemple, son action laisse plusieurs ONG dubitatives. En effet, avant la ministre, des ONG avaient lancé en février dernier une opération “Villes et villages sans pesticides”, action qui leur semble être récupérée aujourd’hui à des fins politiques.

Mme Royal reprend donc, sans les y associer pleinement, le travail des ONG (…) Cela pourrait être une bonne nouvelle pour nos organisations, si l’action de Mme la ministre ne ressemblait pas à une action de communication, lancée sans avoir effectué au préalable le travail de fond et de consultation nécessaire”, déplorent-elles.

Par ailleurs, suite à l’épisode de pollution liée à l’épandage de pesticides sur des vignes en Gironde et ayant provoqué le malaise d’une vingtaine d’enfants de l’école voisine, Ségolène Royal et son homologue à l’agriculture, Stéphane Le Foll, souhaitent interdire l’épandage de produits phytosanitaire “à moins de 200 mètres d’une école“.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter