Fukushima: début du retrait du combustible

Tepco, opérateur de la centrale japonaise accidentée de Fukushima annonce aujourd’hui avoir débuté le retrait du combustible de la piscine du réacteur n°4. L’opération extrêmement délicate devrait prendre au minimum une année.

Plus de deux ans après le séisme responsable du plus important accident nucléaire du Japon, Tepco, opérateur en charge de la centrale de Fukushima a annoncé le début du retrait du combustible de la piscine du réacteur n°4. “Nous avons commencé à manipuler les instruments pour lever un premier assemblage de combustible à 15h18 (6h18 heur française) et ce dernier a été transféré dans le caisson de transport à 15h57″, expliquait Tepco lors d’une conférence de presse.

Pour réaliser l’opération sans que le combustible ne sorte de l’eau, un caisson cylindrique de 5,5 mètres de haut et 2,1 de diamètre, a au préalable, été inséré dans la piscine. Les techniciens vont alors transférer un à un les assemblages de combustible dans ce récipient. Vingt-deux assemblages (sur 202) devraient ainsi être transférés dans un premier temps, sur deux jours.

Des gestes bien répétés

Le combustible extrait de sa piscine serait ensuite placé dans un autre bassin, plus sûr et distant d’une centaine de mètres. Une fois cette première opération achevée, “Tepco fera une pose pour analyser le déroulé des tâches et étudier s’il existe des améliorations à apporter avant de reprendre à une date indéterminée“, précise alors un porte-parole de Tepco. L’opération sera menée par des techniciens expérimentés, ayant déjà répétés les gestes,  mais la principale difficulté réside dans la présence de petits débris coincés au milieu des assemblages de combustible. Toute erreur de manipulation pourrait avoir d’importantes conséquences.

Il s’agit certainement de la plus délicate opération depuis la stabilisation du site en décembre 2011. “Ce retrait ouvre un nouvel important chapitre dans notre tâche de démantèlement” qui doit durer 40 ans, a précisé le PDG de Tepco, Naomi Hirose dans un message vidéo visible sur le site de l’opérateur.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter