Cigarette électronique : l’Union dit non

La cigarette électronique revient sur le devant de la scène, internationale cette fois-ci. En effet, dimanche, l’Union, l’organisation internationale de santé spécialisée dans la tuberculose et les maladies respiratoires, s’est prononcée contre les e-cigarettes et appellent à une “régulation de ces produits dans les plus brefs délais“.

La cigarette électronique n’en finit donc pas de diviser. Ce dimanche, c’est l’Union, l’organisation de santé internationale spécialisée dans la tuberculose et les maladies respiratoires qui dans un communiqué, s’est prononcée contre ces e-cigarettes compte tenu de “l’impact négatif potentiel de la nicotine sur le développement du cerveau des adolescents” et “le risque de dépendance à la nicotine” pour les jeunes. “Aucune étude scientifique n’a démontré l’absence de nocivité de ces produits”, ajoute par ailleurs le communiqué.

Un médicament

L’Union revient également sur le débat intervenu il y a peu au parlement européen, à savoir la vente de ce type de cigarettes dans les pharmacies. En effet, l’organisation annonce soutenir “fermement” une stricte régulation de la fabrication, du marketing et de la vente des cigarettes électroniques et souhaiterait donc voir ces produits entrer dans “la catégorie des médicaments“. Si cette classification n’est pas possible, l’Union demande alors l’interdiction de toute publicité autour de ce produit, sa vente aux mineurs et son utilisation dans les lieux publics. Elle souhaite enfin l’affichage du détail de la composition des liquides et des étiquettes de mise en garde.

Néanmoins, au-delà des déclarations officielles, nationales, européennes ou encore internationales, si les effets réels des cigarettes électroniques sur la santé demeurent encore inconnus, de nombreux médecins et scientifiques s’ accordent toutefois pour admettre que leur degré de dangerosité reste sans commune mesure avec les cigarettes classique, qui tuent plus de 5 millions de personnes chaque année dans le monde selon les chiffres de l’OMS.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter