Tabac : les images chocs n’ont aucun effet sur les jeunes fumeurs

Les campagnes anti-tabac se succèdent, et les fumeurs sont toujours aussi nombreux. Une étude publiée aujourd’hui s’est intéressée à l’impact des images chocs figurant sur les paquets sur les fumeurs. Et, le résultat est sans appel. Elles n’ont que très peu d’impact sur les jeunes fumeurs, la cible privilégiée.

Des images chocs (poumons détériorés par le goudron, dents déchaussées, foetus intoxiqué…) et des messages sanitaires (fumer tue, fumer provoque le cancer….) illustrent désormais les paquets de cigarettes, l’objectif étant de dissuader les fumeurs, mais avant tout, les plus jeunes d’entre-deux. Tandis qu’une soixantaine de pays ont adopté cette pratique dissuasive, des chercheurs britanniques ont tenté d’en évaluer l’impact sur les plus jeunes.

Ils ont donc interrogé en 2008 puis 2011, plus d’un millier de jeunes britanniques âgés de 11 à 16 ans. Si les trois quart d’entre-eux déclarent n’avoir jamais fumé, le reste reconnait fumer occasionnellement ou régulièrement.

Peu de souvenir de ces photos pourtant choquantes

S’agissant de l’impact sur les jeunes des photos chocs figurant sur l’arrière des paquets, celui-ci se révèle très limité. En effet, moins de 10% des jeunes britanniques interrogés se souviennent de ces photos. Seuls les dents cariées, les poumons noirs  et le cancer de la gorge ont retenu leur attention.

En revanche les avertissements sanitaires figurant sur la face avant semblent plus marquants puisque la moitié des jeunes se souvenaient de “fumer tue” et 25%  de “fumer nuit gravement à la santé et à celle de votre d’entourage” (contre 41% en 2008 !). En revanche, s’ils s’en souviennent, ces messages n’ont toutefois  qu’ un impact dissuasif limité sur les jeunes fumeurs.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter