• Accueil
  • >
  • Général
  • >
  • Pollution : les feux de cheminée bientôt interdits en Ile-de-France

Pollution : les feux de cheminée bientôt interdits en Ile-de-France

feu de cheminéeSelon l’information publiée par le Parisien. fr aujourd’hui, les feux de cheminée pourraient bientôt être interdits en Ile-de-France. Pour Airparif, ils pollueraient massivement l’air intérieur et surtout extérieur.

C’en sera bientôt fini des longues soirées au coin du feu pour tous les franciliens. Selon l’information révélée aujourd’hui par le Parisien, un arrêté préfectoral prévoit en effet d’interdire les feux de cheminée. Accusés d’être trop polluants, ils devraient donc s’éteindre d’ici à 2015.

Des fines particules à gogo

Dans un rapport publié en novembre dernier, Airparif expliquait que les “émissions de polluants atmosphériques du secteur résidentiel issues de la combustion du bois pour les usages de chauffage principal et d’appoints” sont “le plus grand contributeur aux émissions de PM2,5“, à savoir les fines particules au diamètre inférieur à 2,5 micromètres. Cela correspondrait à un tiers des émissions d’Ile-de-France.

Quant aux PM10, les feux de cheminée seraient responsables du quart des émissions. L’interdiction des feux dans des cheminées à foyer ouvert et le remplacement des anciennes cheminées par des équivalents plus performants, inserts, poêles à bois… permettrait alors de réduire de 50% à 61% les émissions de fines particules.

Par ailleurs, au-delà des bienfaits sur la qualité de l’air, l’arrêt des feux dans des cheminées à foyer ouvert aurait également des bienfaits sur la santé de certaines personnes sensibles. Isabelle Momas, de l’Université Descrates, écrivait dans la revue Pollution atmosphérique, Climat, Santé, et Société de novembre 2012 que “les études écologiques relient les concentrations ambiantes quotidiennes en PM10 ou PM2,5 et les effectifs journaliers de décès cardio-pulmonaires et d’admissions hospitalières aux urgences. Les études individuelles associent exposition aux particules et exacerbation voire survenue d’asthme, de symptômes respiratoires et réduction des performances ventilatoires“.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter