Pilule : pas de panique

Invitée d’Anne-Sophie Lapix dimanche sur Canal +, la ministre de la Santé, Marisol Touraine, a demandé aux femmes qui prennent une pilule de 3e ou de 4e génération de ne pas céder à la panique et  de ne pas interrompre leur contraception sans avoir consulté un médecin au préalable.

Le débat autour de la pilule de troisième génération continue et beaucoup de femmes qui prennent ce type de pilule se retrouvent un peu perdues. Invitée de Dimanche + dimanche, Marisol Touraine a lancé un appel à ces femmes. “Je voudrais dire aux femmes de ne pas paniquer et de ne surtout pas interrompre leur contraception“. Elles invitent les femmes inquiètes à consulter leur médecin et de voir à ce moment là comment “faire évoluer leur contraception“.

L’exemple britannique fait en effet craindre une explosion du nombre de cas de grossesses non désirées et donc du nombre d’IVG, suite à l’arrêt brutal de la prise de pilule par des femmes inquiètes.

Une pilule de seconde intention

Marisol Touraine a également rappelé son intention de restreindre la prescription des pilules de 3e et 4e génération , des pilules de “seconde intention“, destinées à des “femmes pour lesquelles la pilule de seconde génération n’est pas adaptée“. Mais, dans tous les cas “il appartient au médecin de voir si la pilule de 3e génération répond à sa situation ou si un autre mode de contraception peut y répondre“.

La ministre de la Santé a aussi manifesté sa volonté d’avoir une “vision plus précise de l’ensemble des accidents survenus au cours des années passées“.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter