PSG : la folie des grandeurs des Qataris provoque la grogne des agriculteurs franciliens

Les dirigeants qataris du PSG ne s’attendaient certainement pas à avoir affaire à des paysans français en colère! Avec l’objectif du faire du club de foot parisien un grand d’Europe, ils souhaitent agrandir les infrastructures du club en le dotant d’un grand centre d’entrainement. Mais, pour ce faire, la région aurait requalifié des zones agricoles. Une décision qui suscite la colère des agriculteurs franciliens.

A l’instar de ses concurrents, l’OL,  l’OM ou encore les Girondins de Bordeaux, le PSG souhaite se doter d’un grand centre d’entrainement, à la hauteur des ambitions des nouveaux dirigeants du club de foot parisien. Tandis que la ville de Saint-Germain-en-Laye souhaite conserver sur ses terres les installations du club, un nouveau projet porté par la commune de Poissy sème la discorde auprès des agriculteurs de la région.

En effet, la commune de Poissy dans les Yvelines rêve elle-aussi d’accueillir sur ses terres les stars du ballon rond. Mais ce projet demande certaines modifications. Depuis deux mois, la Chambre d’agriculture d’Ile-de-France a déjà déposé trois appels à la préservation des terres agricoles de la région. Mais aujourd’hui la grogne va plus loin et dans un communiqué intitulé “PSG : Les politiques manipulent les documents d’urbanisme pour implanter le site d’entraînement“, publié par la Chambre, les agriculteurs franciliens poussent un coup de gueule.

80 ha de terres agricoles sacrifiés

C’est avec stupéfaction que la profession agricole a appris que le projet de SDRIF (Schéma directeur de la région Ile-de-France) a été amendé in extremis par la majorité et l’opposition lors de sa discussion en séance plénière du Conseil régional. Et ceci, afin de permettre au centre d’entraînement du PSG de s’implanter sur le plateau des Alluets. Cet espace ouvert et productif, ceint d’une couronne boisée où l’agriculture bénéficie d’un environnement relativement épargné par les nuisances urbaines, a une vocation agricole que les documents d’urbanisme lui ont jusqu’à présent toujours reconnue Il est donc fort regrettable que la ville de Poissy n’y accorde, elle, aucune importance et sacrifie sans vergogne 80 hectares de terres fertiles. Ce soutien empressé à une opération de spéculation foncière est d’autant plus choquant que la ville de Saint-Germain-en-Laye, berceau historique du club, dispose, elle, d’un espace désaffecté apte à accueillir un tel équipement sportif“, s’exclament les agriculteurs.

Et le Grenelle dans tout ça?

“Où sont passés les engagements du Grenelle de l’environnement et que fait-on des belles paroles sur l’économie de l’espace prononcées par le Premier Ministre lors de la clôture de la Conférence environnementale ? La profession agricole d’Ile-de-France appelle les politiques à tenir leurs engagements ! Elle appelle également les élus des communes voisines attachés à la ruralité à réagir face à ce projet d’urbanisation à l’emporte-pièce”, concluent-ils.

En réponse à ces accusations, le conseil régional d’Ile-de-France a reconnu hier avoir “amendé le Sdrif à la demande des élus locaux pour permettre la faisabilité d’une implantation du PSG sur l’ensemble des cinq communes franciliennes concernées” mais se défend d’avoir favoriser l’une d’entre-elle par rapport aux autres.

Il faut dire que les dirigeants qataris voient les choses en grand et souhaitent disposer d’une superficie minimum de 60 ha, voire 100ha , contre 4ha aujourd’hui au Camp des Loges, pour établir d’ici trois ans leur centre d’entrainement de luxe.

 

  • facebook
  • googleplus
  • twitter