Pêche : un accord européen qui satisfait la France mais pas les écologistes

Le Conseil européen des ministres de la pêche a adopté hier dans la nuit un texte sur la politique commune de la pêche (PCP). Qualifié d'”équilibré” et de “pleinement cohérent” avec les ambitions et les objectifs de la réforme de la politique commune de la pêche (PCP) par Frédéric Cuvillier, ministre de la Pêche, l’accord continuera surtout à subventionner la surpêche selon beaucoup d’écologistes.

Les ministres ont adopté une orientation générale sur les mesures qui  pourront bénéficier du soutien financier du Fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche (FEAMP) pour la période 2014-2010. Frédéric Cuvillier salue cette “avancée” qui intègre notamment des aides publiques à la flotte, et notamment des aides à la modernisation des navires, à capacité de pêche constante.

Le Conseil s’est également prononcé pour le maintien des aides à la sortie de flotte, jusqu’au 31 décembre 2017 et la pérennisation des arrêts temporaires, deux mesures qui sont parfois nécessaires pour ajuster les capacités de pêche à l’état de la ressource halieutique sur les stocks les plus sensibles. A la demande du ministre, et avec le soutien actif de la Commissaire Damanaki, des aides à l’installation des jeunes pêcheurs et aquaculteurs ont également été réintroduites souligne le ministère de l’Ecologie.

Soutien aux flottes et à l’aquaculture

Le Conseil a par ailleurs réitéré son attachement au soutien à une aquaculture durable et compétitive, à travers la mobilisation d’un nombre important de mesures, qui était une priorité du ministre. Enfin, cette orientation générale intègre pleinement les spécificités des régions ultrapériphériques de l’Union européenne.

En la matière, Frédéric Cuvillier a obtenu sur ce point “une avancée majeure” affirme le ministère, à savoir l’extension à tous les DOM français, du régime de compensation des coûts additionnels supportés par les pêcheurs et les aquaculteurs ultramarins en raison de leur éloignement.

“Se concentrer sur la restauration des stocks plutôt que sur leur exploitation”

Réagissant à la signature de ce texte européen, Stéphan Beaucher, coordinateur politique pour  l’ONG internationale OCEAN2012 rappelle que cet été, lors du sommet de Rio et de l’Assemblée Générale des Nations Unies, l’Union Européenne avait rejoint les leaders mondiaux pour réclamer l’élimination des subventions nocives. “Les Ministres de l’Union Européenne ont ignoré hier soir cet engagement envers la communauté internationale en proposant de maintenir des subventions ayant pour but d’augmenter la capacité de pêche, et qui donc contribueront à la surpêche” déplore l’écologiste.

Même si nous soutenons l’appel des ministres pour limiter l’attribution des aides aux seuls pêcheurs qui respectent la règlementation, nous considérons que c’est le moins qu’ils pouvaient faire. La balle est maintenant dans le camp du Parlement Européen ; Les 754 députés doivent prendre la responsabilité que les ministres ont refusé d’endosser et se concentrer sur la restauration des stocks et leur gestion plutôt que sur leur exploitation“.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter