Des virus responsables d’un cancer sur six

Une étude menée par des chercheurs du Centre international de recherche sur le cancer, révèle que 2 millions de nouveaux cas de cancers seraient causés par une infection, et pourraient donc être évités grâce à une lutte efficace contre les microbes et autres virus. Et s‘il suffisait de se laver les mains pour se protéger de nombreux cancers ?

Selon les conclusions des chercheurs du Centre international de recherche sur la cancer de Lyon, 16% des 12,7 millions de nouveaux cas de cancers détectés dans le monde, seraient provoqués par une infection. Leur étude  publiée dans The Lancet oncology, constate par ailleurs que quatre bactéries seraient à elles-seules à l’origine d’une grosse majorité de ces cancers : l’Helicobacter pylori pour le cancer de l’estomac, les virus de l’hépatite B et C pour les cancers du foie, et le papillomavirus pour le cancer de l’utérus.

50% des cancers masculins et 50% des cancers de l’utérus

Selon les estimations, 80% des cancers masculins, gastriques ou hépatiques seraient liés à une infection, de même que la moitié des cancers de l’utérus chez la femme. Par ailleurs, les pays en voie de développement, où la lutte contre les infections est moins efficace, seraient plus touchés par ces types de cancers. Enfin, 30% de ces cancers d’origine infectieuse, toucheraient des personnes de moins de 50 ans.

Forts de ce constat, les chercheurs du Circ concluent alors qu’une grosse majorité de ces cancers pourrait être évitée grâce aux moyens de lutte contre les bactéries et virus.  “L’application de méthodes préventives efficaces et validées, comme la vaccination, le respect de règles d’hygiène strictes ou les traitements antimicrobiens pourrait avoir un effet substantiel sur le fardeau que représentera le cancer dans le monde au cours des prochaines années“, expliquent-ils dans leur étude.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter