Costa Concordia : la France anticipe une éventuelle pollution

Après le naufrage dimanche du paquebot Costa Concordia le long des côtes italiennes, la préfecture maritime de Méditerranée se prépare à une éventuelle pollution et annonçait hier le pré-positionnement préventif des moyens de lutte contre la pollution en haute mer pour les rapprocher du lieu du naufrage.

Couché sur son flanc depuis dimanche, le Costa Concordia renferme toujours 2.300 tonnes de carburant dans ses réservoirs. Si la priorité était donnée jusqu’à présent à la recherche des personnes toujours portées disparues, les opérations de pompages devraient désormais débuter prochainement. “Dans ce contexte, le préfet maritime de la Méditerranée a jugé utile, à titre de précaution, de prépositionner des moyens de lutte contre la pollution en haute mer à proximité des lieux“, indique la préfecture maritime de Méditerranée dans un communiqué publié hier.

Des vents forts attendus

Selon une porte-parole de la préfecture qui s’est confié à l’agence Reuters, il s’agirait de se rapprocher de l’Italie afin d’aider à gérer le pompage des soutes et traiter une éventuelle pollution pouvant dériver vers la Corse. Dans cette optique, la marine française a affrété un de ses navires dédié à la lutte contre les pollutions, le Jason, afin de transporter les moyens nécessaires à une éventuelle opération.

Par ailleurs, tandis que la société néerlandaise SMIT attend le feu vert des autorités italiennes pour débuter le pompage du Costa Concordia, ces dernières redoutent des conditions météo défavorables, avec l’annonce de vents forts sur la région du naufrage, conditions qui pourraient perturber les opérations.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter