Climat : les gaz fluorés dans la ligne de mire de l’Europe

Dans le cadre de sa lutte contre le réchuaffement climatique, la Commission européenne a lancé hier une consultation publique sur le renforcement des mesures de l’Union européenne visant à réduire les émissions de gaz fluorés, un groupe de gaz industriels qui contribuent, tout comme le CO2, de manière considérable au réchauffement de la planète.

Un rapport de la Commission  adopté également hier, qui conclut que le règlement de l’UE en vigueur sur les gaz fluorés (gaz F) a une incidence notable mais que, sans l’adoption de nouvelles mesures, les émissions de gaz F devraient se maintenir aux niveaux actuels à long terme. Le rapport précise qu’il reste une large marge de man?uvre pour réaliser des réductions d’émissions supplémentaires et économiquement avantageuses, principalement grâce à la possibilité croissante d’utiliser, dans plusieurs secteurs, des substituts aux gaz F qui ne contribuent pas au changement climatique ou qui y contribuent dans une moindre mesure. Le rapport indique que l’UE pourrait éliminer jusqu’à deux tiers des émissions actuelles de gaz fluorés d’ici à 2030.

Des mesures plus ambitieuses

Pour Connie Hedegaard, membre de la Commission européenne chargé de l’action pour le climat, “le règlement de l’UE sur les gaz fluorés a permis d’enrayer l’augmentation croissante des émissions et a favorisé l’innovation technologique. Toutefois, la transition vers une économie européenne compétitive et à faible taux d’émission de carbone d’ici à 2050 passe par des mesures ambitieuses visant à réduire les émissions dans tous les secteurs. Il est clair que les possibilités de réduire les émissions de gaz F selon un rapport coût/efficacité satisfaisant sont importantes et, à la suite de la consultation publique, j’ai l’intention de proposer de nouvelles mesures législatives l’année prochaine“.

La consultation durera jusqu’au 19 décembre 2011 et s’adresse à toutes les parties prenantes intéressées. Parmi les options stratégiques envisageables faisant l’objet de la consultation figurent de nouveaux accords sur une base volontaire, l’interdiction de nouveaux produits et équipements et la mise en place d’un programme destiné à supprimer progressivement la mise des HFC sur le marché de l’UE.

Redoubler d’efforts

Le réexamen par la Commission du règlement de 2006 relatif aux gaz F montre que cette mesure et une directive parallèle portant sur l’utilisation des gaz fluorés dans les systèmes de climatisation mobiles contribuent déjà à la réalisation des objectifs assignés à l’UE et aux États membres au titre du protocole de Kyoto en ce qui concerne la réduction des émissions. Cette politique devrait permettre d’éviter d’ici à 2050 presque la moitié des émissions de gaz F prévues s’il est remédié aux insuffisances dans la mise en ?uvre et l’application de ces textes législatifs. La Commission demande donc aux États membres de redoubler leurs efforts à cet égard.

Cependant, malgré l’incidence importante de la législation en vigueur, les émissions totales de gaz F ne devraient pas diminuer à long terme par rapport au niveau actuel étant donné que ces gaz sont utilisés dans un nombre croissant d’appareils, tels que les climatiseurs et les équipements de réfrigération. Ce sont toutefois des secteurs où l’utilisation de solutions de remplacement devient de plus en plus réalisable.

Les gaz F représentent actuellement environ 2 % des émissions de gaz à effet de serre dans l’Union européenne. En l’absence de mesures supplémentaires, une stabilisation des émissions de gaz F aux niveaux actuels signifie que leur part pourrait augmenter considérablement à l’avenir.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter