La Grande-Bretagne poursuit sur la voie du nucléaire

Le Parlement britannique a voté mardi dernier dans la soirée, la Déclaration Nationale de Politique Nucléaire (National Policy Statement for Nuclear), ratifiant ainsi le programme de construction de nouvelles centrales nucléaires au Royaume-Uni. Ce vote du Parlement entérine la décision du gouvernement de recourir à l’énergie nucléaire pour répondre aux besoins croissants du Royaume-Uni en capacités de production d’électricité bas carbone.

Le Parlement a également confirmé la liste des sites habilités à accueillir de nouvelles centrales nucléaires, parmi lesquels figurent Hinkley Point et Sizewell, les deux sites prioritaires identifiés par EDF pour la construction de ses futures centrales.

Ce vote constitue une avancée majeure pour le développement du nouveau nucléaire au Royaume-Uni, puisqu’il confère à EDF ainsi qu’aux différentes parties prenantes, le cadre politique et réglementaire indispensable pour mener la construction de nouvelles centrales nucléaires, et notamment poursuivre l’ensemble des processus d’autorisation de construire, nationaux et locaux, ainsi que la concertation avec les communautés locales concernées.

La réforme du marché britannique

Il fait suite à la confirmation par le gouvernement britannique le 12 juillet dernier, de vouloir procéder à la réforme du marché de l’électricité en Grande-Bretagne. Cette réforme crée les conditions favorables à l’investissement dans les énergies bas carbone, y compris le nucléaire, par la fixation d’un prix minimum du carbone, et d’un prix garanti pour la production d’électricité à faible émission de CO2.

Ce vote fait également suite au rapport de l’autorité de sûreté nucléaire britannique, publié mi-mai, après l’accident de Fukushima. Dans ce rapport, il était souligné que les opérateurs nucléaires en Grande-Bretagne avaient réagi de façon ?responsable’ et ?appropriée’ démontrant une grande culture de sûreté nucléaire. Ce rapport indiquait en outre qu’il n’y avait aucune raison de réduire l’exploitation des centrales existantes, ni de modifier la stratégie d’implantation du nouveau nucléaire.

Une étape essentielle pour EDF

Pour Henri Proglio,  le PDG d’EDF, “le vote du Parlement britannique en faveur du nucléaire représente une étape essentielle pour le groupe EDF et ses projets dans le nouveau nucléaire. Aux côtés de son partenaire Centrica, EDF est ainsi en mesure de poursuivre ses projets de construction de nouvelles centrales nucléaires au Royaume-Uni, qui contribueront à faire du groupe un électricien de référence dans le monde de demain et un leader des énergies non carbonées“.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter