Japon : la situation évolue dans le bon sens

L’inquiétude régnait hier à Tokyo après la découverte mardi d’iode radioactif dans l’eau du robinet. Mais, aujourd’hui, les autorités tokyoïtes se veulent rassurantes  et annoncent des niveaux redescendus sous la limite légale admise pour les bébés. Par ailleurs, l’électricité se rétablit peu à peu dans la centrale de Fukushima. Les choses semblent alors évoluer dans le bon sens au Japon aujourd’hui.

La municipalité de Tokyo a annoncé hier aux habitants de la capitale nippone que la concentration en iode radioactif de l’eau du robinet était retombée. Le taux d’iode radioactif 131 était tombé à 79 becquerels par kg jeudi, tôt dans la matinée, à la station d’épuration de Kanamachi. Il est donc passé en dessous des 100 Bq/kg, limite fixée par les autorités nippones  pour les bébés. Mardi dans la soirée, une concentration d’iode radioactif  de 210 becquerels par kg avait été relevée sur des échantillons d’eau courante prélevée dans la même station.

L’alimentation électrique rétablie à Fukushima

Par ailleurs, à la centrale nucléaire de Fukushima, centrale très endommagée par le séisme puis le tsunami qui a ravagé le Japon le 11 mars dernier, la situation électrique est en passe d’être rétablie. Un responsable de l’Autorité de sûreté nucléaire confiait à l’AFP que “à 11h30, 2h30 GMT, l’éclairage de la salle de contrôle s’est allumé, mais nous ne sommes pas sûrs que cela signifie que le système de refroidissement pourra repartir“. Il s’agit nénamoins d’un pas en avant important dans la résolution du grave problème nucléaire de la centrale.

Pour l’heure, l’AFP précise que “tous les réacteurs ont donc été connectés aux distributeurs d’électricité, mais  seules quelques lignes ont été mises partiellement sous tension, en attendant que l’état des appareils soient vérifiés afin d’éviter des court-circuits“. Selon l’ASN, Tepco devrait toutefois tenté de remettre sous tension la pompe alimentant le réacteur n°3, le plus endommagé de la centrale. “Les ouvriers espèrent abandonner le recours à l’eau de mer et utiliser une pompe pour alimenter la piscine de rétention en eau courante” ajoute le responsable de l’ASN à l’AFP. Et si la centrale incontrôlable retombait sous contrôle…

  • facebook
  • googleplus
  • twitter