Energie : le consommateur européen paye toujours trop cher

Selon une étude de la Commission européenne sur le fonctionnement des marchés de détail de l’électricité pour les consommateurs de l’Union européenne publiée hier, ceux-ci pourraient économiser un total d’environ 13 milliards d’euros en choisissant le tarif le plus bas possible. Comme le consommateur français, le consommateur européen est donc mal informé des possibilités offertes par l’ouverture du marché de l’énergie.

Les clients mystères européens qui ont mené l’étude sont parvenus à trouver un tarif moins onéreux dans plus de six cas sur dix (62 %). Ainsi, chaque consommateur européen pourrait économiser quelque 100 euros s’il optait pour l’offre la plus avantageuse. Mais l’étude menée par la Commission montre également que les consommateurs ne profitent pas pleinement des possibilités d’économies générées par la libéralisation du marché, qui leur permet de choisir parmi plusieurs fournisseurs d’électricité.

Un manque d’information

La situation européenne s’apparente donc à la situation française et les consommateurs de l’Union sont peu informés: seul un tiers d’entre eux (32 %) ont comparé des offres et près de la moitié (47 %) ne connaissent pas la consommation d’électricité de leur foyer. Pour faciliter le choix des consommateurs de l’Union et renforcer leur position sur le marché de l’énergie, la Commission souhaite prendre une série de mesures visant notamment à simplifier la comparaison des prix, à gérer les réclamations de manière plus efficace et à améliorer la facturation.

Un potentiel mal exploité

John Dalli, le commissaire européen à la santé et à la politique des consommateurs, rappelle que “la libéralisation du marché recèle un potentiel considérable pour les consommateurs en matière de prix, de choix, d’innovation et de qualité des services. Mais ce potentiel ne pourra être pleinement exploité que si les consommateurs savent qu’ils peuvent bénéficier d’offres plus avantageuses et que celles-ci leur semblent faciles d’accès“. Et Günther Oettinger, commissaire à l’énergie, d’ajouter que “des mesures déjà prévues dans le troisième paquet “Énergie” doivent désormais être mises en ?uvre et devraient se focaliser sur la facilitation du changement de fournisseur, une gestion plus efficace des réclamations et des recours, ainsi qu’une meilleure information des consommateurs“.

L’étude publiée visait à évaluer la situation des consommateurs sur les marchés de détail de l’électricité. Son objectif était de déterminer dans quelle mesure il est facile ou difficile pour les consommateurs d’exploiter le potentiel du marché libéralisé en choisissant les fournisseurs et les tarifs. Cette étude fait suite aux conclusions du tableau de bord 2009 des marchés de consommation, selon lequel le marché de détail de l’électricité comptait parmi les moins favorables aux consommateurs.

 

  • facebook
  • googleplus
  • twitter