OGM : le Gers attaque la Commission européenne

Comme il l’avait annoncé, le Conseil général du Gers a déposé mardi un recours devant la cour européenne de justice contre les autorisations de commercialisation de six maïs génétiquement modifiés émises par la Commission européenne.

Le département du Gers, très engagé dans l’agriculture bio, et réputé pour ses volailles de qualité, continue sa lutte contre les OGM. Ainsi, le président du Conseil général, Philippe Martin, a déposé mardi un recours devant la Cour européenne de justice contre les décisions prises par la Commission. Le Gers reproche à cette dernière de violer le principe de précaution et d’outrepasser ses droits en autorisant le 28 juillet dernier, la commercialisation de six maïs génétiquement modifié sans vote du Parlement.

Nos avocats ont déposé mardi nos requêtes devant le tribunal de première instance de la Cour de justice“, explique Philippe Martin à l’AFP. Il invite également les autres présidents de régions et de département à rejoindre sa démarche.

Un million de signatures

Dans le même temps, à l’initiative de Greenpeace, une pétition recueillant plus d’un million de signatures a été présentée à Bruxelles. “Un million de signatures dont la mienne, c’est une très bonne chose, c’est complémentaire de notre initiative juridique,” ajoute le président du Conseil général du Gers.

Il rappelle également l’action de José Bové qui en jetant le doute sur la partialité de la présidente du conseil d’administration de l’EFSA, la hongroise Diana Banati, a éclaboussé aussi les décisions prises par la Commission. “Les récentes révélations de José Bové renforcent le doute sur la fiabilité de l’EFSA (Autorité Européenne de la Sécurité Alimentaire) sur lequel la Commission s’est appuyée”.

 

  • facebook
  • googleplus
  • twitter