Les énergies renouvelables ne connaissent pas la crise

Alors que l’heure est à la rigueur budgétaire, et que les professionnels des filières vertes s’inquiètent, Jean-Louis Borloo a confirmé hier, le maintien strict du financement des énergies renouvelables. Positif et optimiste, le ministre de l’Ecologie affirme qu’ “on sera à 3 ou 4 fois l’objectif en 2020“.

A l’occasion de la présentation du budget 2011 du ministère de l’Ecologie hier, Jean-Louis Borloo a souhaité rassurer les acteurs des filières vertes, inquiets des restrictions budgétaires décidées au sommet de l’Etat. Ainsi, le financement des actions du Grenelle environnement, soit 19 milliards d’euros sur 3 ans, a été préservé sur toute la durée. La maîtrise des dépenses est assurée en limitant “l’explosion des mesures non performantes en matière écologique ” ainsi que par la réduction du budget de fonctionnement.

Toutefois, si en effet, le crédit d’impôt sur les équipements verts sera réduit de 10% et le crédit d’impôt sur les installations photovoltaïques réduit de 50 à 25%, le ministère affirme que cet effort budgétaire n’affectera en rien la forte progression de la production d’énergie renouvelable amorcée en France depuis deux ans.

Le marché le plus dynamique d’Europe

La réalité est que nous sommes passés de rien à un phénomène industriel massif,” explique-t-il avant de souligné la forte progression du secteur solaire. Ce dernier aurait enregistré une progression de 600% en deux ans. Pour le ministre de l’Ecologie, “c’est le marché le plus dynamique d’Europe. On sera à trois ou quatre fois l’objectif en 2020“.

Jean-Louis Borloo estime alors que cette belle progression associée à des coûts de production en baisse continue fait que le secteur ne devrait donc pas souffrir de la nouvelle baisse des tarifs d’achat de l’électricité d’origine photovoltaïque annoncée à la fin de l’été. “La vérité est que l’objectif de 2020 sera atteint fin 2011 si l’on ne fait rien. Les coûts de production ont baissé de 40% par an, n’est-il pas normal que le coût d’achat de l’électricité diminue de 12%“, s’interroge Jean-Louis Borloo.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter