L’Outox s’allège de mentions litigieuses

A l’annonce du lancement de la nouvelle boisson Outox, censée faire baisser le taux d’alccol dans le sang de ses consommateurs, Hervé Novelli, le secrétaire d’Etat au Commerce avait saisi vendredi la Direction générale de la concurrence. Cette dernière a alors obtenu le retrait de certaines mentions litigieuses.

Saisie par le secrétaire d’Etat au commerce, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes a mis dès samedi en demeure la société commercialisant l’Outox, boisson aux vertus “magiques”, censée faire chuter le taux d’alcool dans le sang de ses consommateurs. Le Ministère de la Santé déplorait également qu’une telle mention puisse inciter les consommateurs à prendre des risques, notamment en buvant plus d’alcool ou en prenant le volant après une consommation excessive.

Face aux diverses pressions et notamment celle de la DGCCRF, qui demande que les mentions figurant sur la boisson soient conformes à la reglementation européenne, à savoir de ne pas mettre “en avant des effets non évalués scientifiquement sur l’organisme“, la société luxembourgeoise a accepté de ne plus faire figurer ces mentions litigieuses sur ses bouteilles d’Outox.

Dans son communiqué officiel, Hervé Novelli a précisé que la commercialisation de l’Outox se poursuit donc “sans les mentions litigieuses sur le site Internet de commercialisation“, mais précise que “si nécessaire, la DGCCRF mettra en oeuvre tous les moyens requis pour assurer la sécurité du consommateur“. Le PDG d’Outox International ne s’avoue toutefois pas vaincu et déclare disposer d’études scientifiques prouvant que son soda génère une “baisse significative” du taux d’alcool dans le sang entre 45 minutes et 1 heure après sa consommation.

 

  • facebook
  • googleplus
  • twitter