Du rififi à Europe écologie

A l’occasion de sa convention nationale qui se tenait à Paris samedi, Europe Ecologie a affiché les divisions internes à l’organisation sur divers sujets, notamment sur son organisation interne, son programme et sur la conduite à tenir pour les prochaines élections présidentielles.

Il y avait de l’ambiance samedi lors de la convention nationale d’Europe Ecologie. La tension est montée entre les amis de Cécile Duflot et les supporters de Daniel Cohn-Bendit, à tel point que les insultes n’étaient jamais très loin entre les deux camps. Il s’agissait pourtant pour le mouvement écologiste de réfléchir à l’établissement d’un projet commun, de trouver une organisation au mouvement et d’en rédiger les statuts.

Après l’appel de Daniel Cohn-Bendit au lendemain des élections régionales, réclamant l’émergence d’une “coopérative politique”, Jean-Vincent Placé, le numéro deux des verts avait jugé cette idée de “bide”, signé par seulement 6.000 personnes,  ce qui lui a valu d’être traité de “crétin politique” par  l’auteur de la proposition. Cécile Duflot a elle-même désavoué son bars droit expliquant que “créer un mouvement tel que le nôtre est toujours complexe. On ne peut pas juger du succès de notre démarche en un mois“. “J’ai voulu donner un coup de pied dans la fourmilière. Car ça tanguait vers un unanimisme de façade” répliquait alors Jean-Vincent Placé.

“Crétin”, “réactionnaire”, “vieille éthique”…

Néanmoins, la tension régnait tout de même entre les deux leaders. “Moi, je ne veux pas d’une organisation où l’on peut dire des choses comme ça. Ça doit être clair, merde alors ! “ s’emportait Daniel Cohn-Bendit dans l’après-midi à la tribune. Cécile Duflot lui  rappela alors immédiatement que lui-même avait traité Placé de “crétin“, “réactionnaire” etc….

Quant aux présidentielles de 2012, si Cécile Duflot semble favorable à l’organisation de primaires pour désigner le candidat écologiste, Daniel Cohn-Bendit s’orienterait plutôt vers un soutien  à Eva Joly, l’ancienne juge élue au Parlement européen en juin dernier qualifiée à 66 ans de “vieille éthique” dans la presse par Jean-Vincent Placé. Sur ce point, Cohn-Bendit a d’ailleurs demandé la création d’un comité éthique qui “dira si cela se fait qu’un militant parle d’Eva Joly comme Jean-Vincent Placé l’a fait“.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter