Pas de poison dans l’eau du robinet en France

Après la diffusion hier soir sur France 3 d’un documentaire alarmiste sur la qualité de l’eau du robinet en France, les ministères de l’Ecologie  et de la Santé se  défendent aujourd’hui dans un communiqué commun, des accusations portées dans ce film.

Le documentaire diffusé par France 3 et intitulé “Du poison dans l’eau du robinet” a semé l’inquiétude parmi les téléspectateurs rivés hier soir devant leur petit écran. Les ministères de la Santé et de l’Ecologie ont donc immédiatement réagit afin de rassurer la population sur la qualité de l’eau du robinet dans l’Hexagone.

Il rappelle dans un premier temps l’importance des contrôles réalisés à tous les stades de la chaîne de distribution de l’eau. “Le contrôle sanitaire de l’eau, mis en ?uvre par les agences régionales de santé (ARS), couvre chaque stade du circuit de l’eau, de la source jusqu’au robinet du consommateur, c’est à dire les captages, les stations de traitement, l’inspection des installations de production et de distribution de l’eau. Celui-ci se traduit, chaque année, par plus de 310 000 prélèvements, et plus de 8 millions de résultats analytiques portant sur près de 800 paramètres mesurés.  Outre l’organisation de campagnes d’analyses et l’interprétation sanitaire des résultats, le contrôle sanitaire comprend la diffusion de consignes de consommation si une limite de qualité est dépassée ainsi que la vérification de la sécurité sanitaire“.

Transparence des informations

Fort de ses contrôles, les ministères jugent alors qu’en l’absence de consignes particulières émanant ponctuellement des autoirtés locales, la consommation de l’eau du robinet est sans risque. “En cas de dépassement des limites de qualité, des restrictions temporaires de consommation de l’eau pour certains usages sont alors diffusées auprès de la population par les autorités sanitaires locales. La distribution est de plus arrêtée dès lors qu’un dépassement présente des risques avérés pour la santé.

Le gouvernement reconnait quelques dérogations. “Si aucun dépassement ne peut être toléré en matière de contamination microbiologique compte tenu des risques induits, il existe des tolérances ponctuelles, encadrées réglementairement, en matière de contamination chimique si elles sont sans danger sur la santé conformément aux réglementations issues des expertises des instances internationales et nationales. Ainsi, en l’absence de consignes de restriction de l’usage de l’eau par les autorités sanitaires, le consommateur peut utiliser en toute confiance l’eau qui lui est livrée.

Enfin, dans son communiqué, le ministère de l’Ecologie souhaite insister sur la transparence des informations autour de la qualité de l’eau du robinet. Il rappelle la mise en place du site www.eaupotable.sante.gouv.fr qui permet la consultation par le grand public des derniers résultats d’analyses de l’eau dans les régions ou au niveau national. Il ajoute que 26 milliards d’euros (tous acteurs confondus), sur la période 2010-2015, sont consacrés à la politique de l’eau en général.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter