La collecte des pneus usagés en crise

Le secteur de la collecte des pneus usagés est en crise. De trop nombreux stocks de pneus usagés ne bénéficient d’aucun financement pour leur recyclage. Aliapur, gestionnaire de ce secteur, a reçu de nombreux témoignages de points de vente à la fois furieux et inquiets. Furieux parce qu’ils ont cessé d’être collectés et inquiets à cause des stocks de pneus usagés qui s’entassent dans leurs établissements.

Cette crise provient d’une augmentation alarmante du nombre de pneus usagés présentés à la collecte sans qu’il y ait le moindre financement pour leur recyclage. Depuis 2005, Aliapur consent tous les ans un dépassement modéré du nombre de pneus à collecter pour ne pas pénaliser les points de vente dont les espaces de stockage ne sont pas extensibles” explique l’organisme en charge de la collecte dans un communiqué.

Mais cet excédent dépasse aujourd’hui les limites de l’acceptable : au 31 mars 2010, la société avait déjà collecté 2 500 tonnes de pneus au-delà de sa commande, soit l’équivalent de près de 350 000 pneus de voiture pour lesquels Aliapur n’a pas été perçu l’éco-contribution de 1,50 ? HT/pneu“, poursuit-il. Ce volume représente d’ores et déjà un surcoût de plus de 500 000 ?.

L’Etat ne bouge pas

Depuis 2005, Aliapur demande avec insistance à l’Etat de faire respecter le Code de l’Environnement par la mise en place de contrôles et de sanctions pour que chaque pneu neuf soit vendu avec une part réservée à l’éco-contribution. Ces appels sont restés sans réponse à ce jour. “Ainsi, tant que l’Etat n’aura pas pris ses responsabilités, la société ne collectera que la quantité de  pneus usagés pour lesquels a été versée l’éco-contribution. Bien entendu, Aliapur agit avec l’accord et le soutien de ses actionnaires : Bridgestone, Continental, Dunlop Goodyear, Kléber, Michelin, Pirelli” précise Aliapur.

Il a donc fallu cesser de collecter de nombreux points de vente. Pour cela, Aliapur a décidé d’appliquer strictement les « Conditions de collecte gratuite » en vigueur depuis la création de la société : “pour que le ramassage des pneus reste gratuit, les points de vente doivent respecter quelques règles“.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter