Prime à la casse : plus dure sera la chute

Après de nombreuses commandes engrangées fin 2009, le marché automobile continue sa progression au premier trimestre 2010. Toutefois, la baisse de la prime à la casse devrait avoir des répercussions sur les trimestres suivants.

Le marché automobile français est en pleine forme. Au mois de mars 2010, les immatriculations de voitures neuves particulières ont encore bondi de 17,9% par rapport à l’an dernier. Xavier Fels, président du Comité des constructeurs français d’automobile explique cette situation surprenante en période de crise. “On a la queue de comète de la prime à la casse à taux plein à 1.000 euros”.

Baisse de 10% attendue

Les véhicules commandés avant la fin 2009 et livrés en ce mois de mars bénéficiaient encore de la prime à la casse à taux plein. En revanche, les commandes passées à compter du 1er janvier 2010 ne pourront prétendre qu’à 700 euros de prime à la casse. Pour Christian Estrosi, ministre de l’Industrie, cette “bonne tenue” du marché automobile français, démontre “l’efficacité de la stratégie de sortie progressive de la prime à la casse“.

Il apparait néanmoins que si ce marché est porté par la prime à la casse, une baisse de 10% est attendue par les constructeurs pour les trimestres à venir. Après le dernier mois de livraison des primes à 1.000 euros, “on rentre dans une nouvelle phase du marché“, estime Xavier Chardon, directeur commercial France de Citroën.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter