Haïti : l’accès à l’eau potable reste une priorité

Depuis le séisme qui a frappé Haïti le 12 janvier dernier, Aquassistance, l’association humanitaire des collaborateurs de Lyonnaise des Eaux et de Suez Environnement, se mobilise pour faciliter l’accès à l’eau des habitant sinistrés de Port-Au-Prince et sa région. En parallèle, des experts du groupe accompagnent les services d’eau et d’assainissement de la ville pour rétablir la desserte en eau à partir du réseau public.

Présente en Haïti dès les premiers jours qui ont suivi le séisme avec son partenaire Action Contre la Faim, l’association Aquassistance poursuit sa mission. Des équipes opérationnelles se relaient sur place depuis plus d’unmois. Dans les jours qui ont suivi le séisme, la distribution d’eau potable a commencé à partir du réseau public, qui était resté partiellement opérationnel, dans certains quartiers de Port-au-Prince. L’objectif principal des experts d’Aquassistance demeure la mise en place d’unités mobiles de production et le ravitaillement en eau des secteurs les plus éloignés assuré par camionnage.

A ce jour, trois unités mobiles des production sont opérationnelles dans l’Ouest de Port-au-Prince, à Léogâne, Gressier et Merger. Elles sont exploitées et maintenues au quotidien par des personnels locaux recrutés par Action contre la Faim. Les trois unités produisent aujourd’hui 65 000 litres par jour. Des réservoirs souples ont été mis en place dans les camps et totalisent une capacité de 32 000 litres. L’objectif est d’arriver sur ces trois unités à une production de 150 000 litres par jour et de desservir 15 000 personnes1.Une quatrième unité mobile de production a été mise en place sur le Champ de Mars au centre de Port-au-Prince. Elle fournit 90000 litres par jour et alimente au minimum 9000 personnes supplémentaires.

Une assistance technique et opérationnelle

Parallèlement à l’aide de première urgence, Suez Environnement assure une assistance technique opérationnelle auprès de la DINEPA (Direction Nationale de l’Eau Potable et de l’assainissement) afin de réhabiliter le système d’alimentation en eau de Port-au-Pince. Depuis le 24 janvier, une équipe pluridisciplinaire rassemblant des collaborateurs de la Martinique, de la Guyane, de la métropole et des Etats-Unis intervient à la fois dans la remise en service des équipements de production et dans la réparations des nombreuses fuites sur le réseau de distribution qui a été fortement endommagé par les mouvements de terrain.

Du matériel est régulièrement acheminé sur place depuis la Martinique. Ces opérations ont notamment permis de rétablir l’alimentation en eau de Cité Soleil, l’un des quartiers défavorisés de la capitale, en partenariat avec le Comité International de la Croix Rouge et de remettre en eau un réservoir alimentant 200 000 personnes. Cette mission, financée par l’entreprise dans le cadre de son mécénat humanitaire, se poursuivra jusqu’à la fin du mois.

Dès les premiers jours, l’assainissement s’est révélé une priorité pour assurer l’hygiène minimum et éviter la propagation d’épidémies. “La situation sanitaire se tend dans tous les camps et l’assainissement se confirme comme la priorité, explique Antoine Lecuona d’Aquassistance. En liaison avec Action Contre la Faim (ACF), nous avons commencé à construire des latrines à Léogâne et à Gressier. Le travail de terrassement est réalisé par la population locale contre rémunération (opération « cash for work ») et des éléments préfabriqués sont assemblés par des charpentiers embauchés par ACF“.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter